Publié le 30 Janvier 2013

LA FIN DU CDI

Sarkozy en rêvait... Hollande l'a fait !

On ne restera pas les bras croisés!

Un « accord » historique a été fraîchement signé entre le MEDEF et trois syndicats minoritaires (la CFDT, la CFTC et la CGC). Cet accord signifie la fin du Contrat de travail à Durée Indéterminée tel que nous l’avons connu. Le gouvernement PS somme aujourd’hui le Parlement d’inscrire cet accord tel quel dans la loi. Si tout se passe comme prévu, le texte entrera en vigueur dans quelques mois.

RECOURS PRESQUES IMPOSSIBLES CONTRE LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS OU COLLECTIFS: Les patron-ne-s n'auront plus besoin de déclarer un plan social dés lors qu'elle proposera un "reclassement" bidon au salarié-e-s. Si les salarié-e-s refusent, on pourra aussitôt les virer par une nouvelle procédure. Sinon, le ou la patron-ne pourra toujours faire passer le plan social par une simple "homologation administrative". Ils deviendront trés difficiles à contester. Les Prud'hommes sont rendus totalement impuissants.

LA FIN DU DROIT DU TRAVAIL: Les patron-ne-s pourront dans chaque entreprise imposer des accords qui les émancipent du Code du Travail, des conventions collectives et accords de branche, et même des stipulations de votre propre contrat de travail! Ces accords seront même au dessus de la loi!

VERS LA PRIVATISATION DES CAISSES DE SECURITE SOCIALE : La santé des salarié-e-s livrée aux assurance privées ("comlémentaire santé", qui se substitue à l'URSSAF sans offrir d'ailleurs aucun remboursement supplémentaire). Le droit au chômage individualisé selon le temps travaillé par chaque salarié-e ("droits rechargeables").

DES SALARIE-E-S JETABLES A TOUT INSTANT: Mise au chômage partiel des salarié-e-s plus facile, "mobilité volontaire sécurisée" permettant à votre patron-ne de vous envoyer balader dans une autre entreprise, "expérimentation" d'un "Contrat Intermittent" en vue de le généraliser (ce qui revient, en gros, à l'intérim pour tous).

Plus d'illusions sans ce gouvernement prétendument "de gauche", en réalité, à plat ventre devant le patronat! Il enclencher la lutte!

Joins, dés à présent, tes forces aux nôtres dans la bataille contre la réforme du contrat de travail !

Unité à la base et dans l'action face au pouvoir bourgeois!

PRENDS CONTACT AVEC NOUS POUR AGIR DES MAINTENANT !

Communistes, nous nous plaçons du côté des ouvrières et ouvriers, des travailleuses et travailleurs, de l'ensemble du peuple. Nous voulons défendre leurs intérêts et encourager leurs luttes. Nous pensons toutefois que celles ci ne peuvent trouver leur aboutissement réel que sur le terrain politique: celui d'une révolution qui détruise le pouvoir de la bourgeoisie et construise une société sans exploitation.

La fin du CDI

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #ANI, #Tract

Repost0

Publié le 30 Janvier 2013

LA FIN DU CDI

                    Sarkozy en rêvait... Hollande l'a fait !

                   N‘em volem pas !

Un « accord » historique a été fraîchement signé entre le MEDEF et trois syndicats minoritaires (la CFDT, la CFTC et la CGC). Cet accord signifie la fin du Contrat de travail à Durée Indéterminée tel que nous l’avons connu. Le gouvernement PS somme aujourd’hui le Parlement d’inscrire cet accord tel quel dans la loi. Si tout se passe comme prévu, le texte entrera en vigueur dans quelques mois.

RECOURS PRESQUES IMPOSSIBLES CONTRE LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS OU COLLECTIFS: Les patron-ne-s n'auront plus besoin de déclarer un plan social dés lors qu'elle proposera un "reclassement" bidon au salarié-e-s. Si les salarié-e-s refusent, on pourra aussitôt les virer par une nouvelle procédure. Sinon, le ou la patron-ne pourra toujours faire passer le plan social par une simple "homologation administrative". Ils deviendront trés difficiles à contester. Les Prud'hommes sont rendus totalement impuissants.

LA FIN DU DROIT DU TRAVAIL: Les patron-ne-s pourront dans chaque entreprise imposer des accords qui les émancipent du Code du Travail, des conventions collectives et accords de branche, et même des stipulations de votre propre contrat de travail! Ces accords seront même au dessus de la loi!

VERS LA PRIVATISATION DES CAISSES DE SECURITE SOCIALE : La santé des salarié-e-s livrée aux assurance privées ("comlémentaire santé", qui se substitue à l'URSSAF sans offrir d'ailleurs aucun remboursement supplémentaire). Le droit au chômage individualisé selon le temps travaillé par chaque salarié-e ("droits rechargeables").

DES SALARIE-E-S JETABLES A TOUT INSTANT: Mise au chômage partiel des salarié-e-s plus facile, "mobilité volontaire sécurisée" permettant à votre patron-ne de vous envoyer balader dans une autre entreprise, "expérimentation" d'un "Contrat Intermittent" en vue de le généraliser (ce qui revient, en gros, à l'intérim pour tous).

Plus d'illusions sans ce gouvernement prétendument "de gauche", en réalité, à plat ventre devant le patronat!

Joins, dés à présent, tes forces aux nôtres dans la bataille contre la réforme du contrat de travail !

Unité à la base et dans l'action face au pouvoir bourgeois!

PRENDS CONTACT AVEC NOUS POUR AGIR DES MAINTENANT !

Communistes, nous nous plaçons du côté des ouvrières et ouvriers, des travailleuses et travailleurs, de l'ensemble du peuple. Nous voulons défendre leurs intérêts et encourager leurs luttes. Nous pensons toutefois que celles ci ne peuvent trouver leur aboutissement réel que sur le terrain politique: celui d'une révolution qui détruise le pouvoir de la bourgeoisie et construise une société sans exploitation.

 

 

La fin du CDI

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #ANI, #Tract

Repost0

Publié le 30 Janvier 2013

OC Futur Rouge shared Socialist VIETNAMs View's...

OC Futur Rouge shared Socialist VIETNAMs View's photo.

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost0

Publié le 26 Janvier 2013

Larbins à vie ? Hors de question ! Réunion d’information contre l’accord sur la sécurisation de l’emploi

Réunion d’information le Mardi 29 janvier à 19H00 à la bourse du travail de Lyon.

L’accord sur la « sécu­ri­sa­tion de l’emploi », signé par le MEDEF, la CFDT, la CGC et la CFTC, c’est :

- La baisse des salai­res, déci­dée à tout moment par l’employeur, via la modu­la­tion du temps de tra­vail ou l’impo­si­tion d’une « mobi­lité ».

- La fin de la pro­tec­tion indi­vi­duelle et col­lec­tive face aux licen­cie­ments, que l’employeur peut déci­der dès que les sala­riés refu­sent de se plier au chan­tage à la baisse des salai­res :

  • Le tribunal des prud’hommes ne pourra plus invalider le licenciement pour cause de non-respect de la procédure par l’employeur, alors qu’il est déjà incompétent pour statuer sur le motif économique du licenciement.
  • L’employeur sera libéré de l’obligation de déclarer un plan social lors des licenciements collectifs : pas d’information préalable des syndicats et représentants du personnel, donc pas de possibilité de résister !

- Le délai de pres­crip­tion passe de 5 à 2 ans pour tous les liti­ges du tra­vail : impos­si­ble d’être réta­bli dans ses droits pour tout fait sur­venu anté­rieu­re­ment. Il en résulte notam­ment un pla­fon­ne­ment des dom­ma­ges et inté­rêts aux­quels le sala­rié peut pré­ten­dre. Vous n’avez pas été payé pour vos heures sup­plé­men­tai­res il y a plus de deux ans et vous n’avez rien dit de peur d’être viré ? Tant pis pour vous !

- Le jack­pot pour les gros­ses assu­ran­ces car c’est l’employeur qui choi­sira seul la nature de la com­plé­men­taire santé obli­ga­toire à laquelle les sala­riés devront sous­crire ; assu­ran­ces qui ne cachent pas leur projet stra­té­gi­que de remise en cause de la sécu­rité sociale.

- L’exo­né­ra­tion des coti­sa­tions patro­na­les pen­dant 3 à 4 mois pour les moins de 26 ans. Ces coti­sa­tions ne sont rien d’autre qu’un salaire dif­féré. C’est donc votre salaire qui sera encore dimi­nué !

- L’impos­si­bi­lité de refu­ser une modi­fi­ca­tion de son contrat de tra­vail. Un refus entraî­ne­rait alors une cause réelle et sérieuse de licen­cie­ment. Il sera alors impos­si­ble de refu­ser d’être muté à l’autre bout de la France ou un chan­ge­ment radi­cal de vos horai­res de tra­vail, comme le tra­vail de nuit.

François Hollande, Michel Sapin et le gou­ver­ne­ment ont salué cet accord et annoncé sa trans­crip­tion fidèle dans la loi. Mais rien n’est perdu : le calen­drier par­le­men­taire nous laisse cinq mois pour les en empê­cher, pour impo­ser l’aban­don pur et simple de ce projet par une mobi­li­sa­tion mas­sive et déter­mi­née.

Réunion d’information le Mardi 29 janvier à 19H00 à la bourse du travail de Lyon. Métro B Place Guichard – Tram T1 Parlais de justice Mairie du 3e

Premiers signa­tai­res :
Union Pour le Communisme, Fédération Syndicale Etudiante, Organisation Communiste – Futur Rouge, Alternative Libertaire Lyon,

Réunion contre les accords MEDEF-syndicats le 29 à Lyon

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #ANI, #lyon

Repost0

Publié le 25 Janvier 2013

Malgré le lock out de l'usine PSA Aulnay, le mouvement de grève des ouvrierEs de l'automobile s'étend !

Les ouvrierEs de PSA Aulnay sont en grève depuis le 16 Janvier. En Juillet dernier, le groupe PSA annonçait la suppression de 10 000 emplois et la fermeture du site d'Aulnay sous Bois. La direction de PSA veut faire de la fermeture de cette usine un « exemple patronal » et refuse de négocier quoi que ce soit avec les ouvrierEs, ni conditions correctes de licenciements, ni encore moins la fermeture.

Des réunions entre le Préfet, les élus locaux et la direction de PSA ont lieu pour discuter de la réindustrialisation du site, validant ainsi le fait que l'usine d'Aulnay fermera. Ne soyons pas dupe, soyons bien conscient que ses réunions ne sont que des parodies de démocratie et que l'Etat n'est que la machine par laquelle la bourgeoisie impose sa dictature. Dictature du profit, dictature de l'exploitation.

Face à la surdité de la direction, les travailleurs et travailleuses de PSA Aulnay ont donc décidé d'une grève reconductible en Assemblée Générale le 16 Janvier. Ils bloquent la production des Citroën C3. Ils revendiquent la préretraite dès 55 ans, un CDI pour tous et surtout exigent la reprise à zéro des négociations avec la direction.

Fort de ce nouvel élan, les ouvrierEs de PSA ont décidé de porter la lutte dans l'usine PSA de St Ouen. Ils et elles se sont renduEs vendredi matin à la rencontre de leurs collègues, avec qui ils ont eu des échanges chaleureux. La préfecture a fait intervenir les CRS dans l'usine, CRS qui n'ont pas osé procéder à des interpellations. La direction s'est fendue de communiqués dénonçant la violence des grévistes, communiqués qui n'ont abusé personne.

Afin d'isoler les grévistes du reste des ouvrierEs d'Aulnay, la direction a fait fermer sous un faux prétexte l'usine d'Aulnay, en utilisant le lock-out. Une quinzaine de cars de CRS attendaient une éventuelle visite des grévistes à Poissy ce weekend.

Si le lock-out continue, les grévistes d'Aulnay sous bois ne se sont pas laissé désorganiser par cette tactique de la direction. L'Union Locale d'Aulnay leur permet de se réunir. En outre, ils ont décidé d'élargir la solidarité au delà de PSA et tiennent un meeting commun le mercredi 23 avec les ouvrierEs de l'usine Renault Flins.

Renault menace ceux-ci de licenciements pour leur faire accepter des dégradations de leur conditions de travail, de leurs salaires. Elle met en jeu la fermeture de deux usines pour obtenir la signature des syndicats quant à un « plan de compétitivité ». Les accords de ce type risquent de se multiplier si les récents accords entre MEDEF et syndicats se traduisent par des lois permettant aux patrons de nous payer en deçà des conventions collectives. Les ouvrierEs de Renault refusent ce chantage et font grève aujourd'hui, recevant la solidarité de leurs camarades d'Aulnay.

Face à un patronat décidé à faire le maximum de profit, face à un gouvernement dont la seule réponse aux revendications des grévistes est l'envoi de CRS, ces ouvriers et ouvrières nous montrent la voie à suivre : celle de la lutte !

 

Ce n'est pas en acceptant la dégradation de nos conditions de travail que nous sauverons nos emplois. Lorsque les ouvriers et ouvrières, comme à Bosch Vénissieux, ont accepté de telles dégradations, cela n'a pas empêché le patronat de les licencier par la suite. Refusons la fermeture des usines, les licenciements, et tout recul du droit du travail !

En outre, nous félicitons les ouvriers et ouvrières grévistes d'Aulnay pour leur volonté de renforcer la solidarité entre les différents sites de PSA avec les ouvriers et ouvrières de Renault. Nous nous réjouissons des liens de solidarité ainsi créés entre ouvriers à l'heure où la crise capitaliste s'amplifie, avec comme effet des offensives plus violentes de la bourgeoisie dans la lutte des classes.

Pendant ce temps les accords entre le MEDEF et des syndicats viennent d'être signés. Ces accords annoncent la fin du CDI, des conventions collectives, en bref, la l'anéantissement du code du travail et de la bien maigre protection sociale. Ceux qui mettent en place cette réforme historique formeront un camp soudé et uni, uni autour du profit, du capitalisme et de l'exploitation. Le camp des ouvriers et des ouvrières a besoin d'être plus fort et plus uni pour obtenir une victoire !

Il n'y a rien à attendre de la part du gouvernement. Le gouvernement est là pour défendre les intérêts du patronat, il est son conseil d'administration suprême, son état-major. La bourgeoisie a des partis politiques pour la représenter, la classe ouvrière doit elle aussi s'organiser pour défendre ses intérêts économiques et politiques !

La classe ouvrière produit la richesse de ce monde, elle est la colonne vertébrale du monde. Elle seule a la force de pouvoir défendre victorieusement l'intérêt des travailleurs et des travailleuses . Sans illusions sur les mensonges des portes paroles de la bourgeoisie et du patronat, elle doit être organisée pour gagner !

Vive la solidarité de classe !

Refusons tout recul de nos conditions de travail !

Refusons les licenciements et les fermetures d'usines !

Solidarité avec les ouvriers et ouvrières de PSA

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #grêve, #Tract

Repost0

Publié le 20 Janvier 2013

Carré Jaude 2, les sales méthodes du patronat

 

 

Le chantier du carré jaude 2 a Clermont-ferrand a été présenté a la population comme exemplaire. A en croire les publicités accroché aux palissades de ce dernier il serait un havre de modernité pour les travailleurs. Sauf que la réalité est toute autre, derrière les images d'Épinal de la propagande bourgeoise, se cache l'exploitation et l'humiliation quotidienne inhérente au système capitaliste.

 

Pour ce faire le patronat recours a une pratique particulièrement rependu dans le BTP: L'emploi d'ouvrier en «détachement».

 

La méthode est simple, à coté des ouvriers Français déjà soumis à des conditions de travail dégradantes, on emploie des travailleurs immigrés que l'on fait venir pour trimer sur les chantiers Français tout en les soumettant au code du travail de leurs pays d'origine.

 

Dans le cadres du chantier du carré Jaude 2, ce sont des ouvriers Portugais que l'on exploite. Salaires a la baisse, couchage dans des campings a 20 km de leur lieu de travail, application d'une législation désavantageuse... La paie mensuelle d'un travailleur «low cost» est de 5,50euros de l'heure, ce à quoi il faut enlever les frais de logement (en camping) et de protection sociale, et cela seulement quand ses derniers reçoivent un contrat de travail. Le patronat ne recule devant rien pour s'assurer un taux de profit maximum.

 

Les prolétaires de l'État Français ne doivent pas tomber dans le piège nauséabond du racisme et du populisme. Ils ne doivent pas prendre pour cible leurs frères de classes soumis a des conditions de travail plus dures que les leurs. Sur le chantier, quelque soit la nationalité, c'est la misère et l'esclavage salarié pour tous. La division de la classe ouvrière menée par les éléments les plus réactionnaires de la bourgeoisie a toujours fait le jeux des exploiteurs. Au contraire c'est dans l'union que la classe ouvrière a forgé ses plus belles traditions de lutte. Ce n'est que dans l'unité que le prolétariat peut s'opposer aux patrons et se libérer des chaînes qui l'entravent.

 

Dans cette affaire nous devons réclamer un salaire égal pour tous, Français ou immigrés. Il nous faut nous unir à la base, et construire des revendications communes pour imposer aux patrons des conditions de travail décentes pour toutes et tous, quelque soit la nationalité.

 

S'organiser ensemble, c'est commencer a faire bloc, a relever la tète. Faire face au patron, au contremaître, au garde chiourme, c'est aussi retrouver notre dignité face a un système capitaliste qui de tout temps a bâti sa fortune sur les ruines de nos vie. Opposons a l'exploitation et au racisme des exploiteurs, notre unité et notre détermination dans la lutte. Il ne faut jamais oublier que possédants ne peuvent s'enrichir qu'en profitant notre labeur. C'est la classe ouvrière qui crée les richesse, c'est elle qui verse sang et eau pour faire tourner l'appareil de production, c'est donc elle qui doit diriger la société.

 

FRANCAIS-IMMIGRES, MEME PATRON MEME COMBAT

VIVE L'UNITE DE LA CLASSE OUVRIERE

ORGANISONS NOUS ET ENSEMBLE NOUS VAINCRONS

 

Carré Jaude 2 : Non à la surexploitation des immigrés!

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Carré Jaude 2, #Clermont Ferrand, #grêve

Repost0

Publié le 20 Janvier 2013

REDOUANE

     Redouane a 37 ans. Il est né en Algérie. Comme beaucoup d’Algériens, il est venu en France en espérant des jours meilleurs. Il est arrivé » en 2005 en France.

En 2009, il a commencé à travaillé dans un cyberphone de Villeurbanne. On est effaré quand on apprend ses conditions de travail : pas de contrat de travail, pas de feuille de paie, salaire à 5 € de l’heure (soit la moitié du SMIC).

    Redouane travaillait parfois jusqu’à 50heures par semaines, dimanche compris. Il était l’homme à tout faire : Accueil, manutention, ménage. La patronne l’appelait parfois le matin pour travailler sur un repos.

    Fin juin 2012, la boutique où travaille Redouane a fermé, soit disant pour « travaux ». Redouane a été viré sans toucher son dernier mois de salaire.

    Il faut dire que Redouane n’a pas de titre de séjour et qu’il vit en permanence sous l’épée de Damoclès de l’expulsion. Coincé, il ne pouvait pas protester contre ses conditions de travail.

    A la fin de l’été, il a interpellé la CGT pour venir à son aide. Un militant CGT l’a accompagné dans ses démarches. Un courrier a été envoyé aux prud’hommes fin décembre et il a entamé une procédure de plainte contre ses ex-employeurs.

    Nous devons aider Redouane a gagner son procès. Redouane doit être régularisé. Pour le soutenir la CGT Vinatier appelle a la constitution d’un comité de soutien pour faire face aux frais de justice, pour soutenir moralement Redouane et pour dénoncer l’exploitation patronale des sans papiers.

comite-redouane.jpg

Travailleur français ou immigré, avec ou sans papier, même patron, même combat. Soutenons Redouane

 

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Sans-papiers, #grêve

Repost0

Publié le 20 Janvier 2013

Nous relayons cet appel syndical de la CGT , FSU et Solidaires du Rhône à la grève dans la fonction publique. Soutenons les précaires, les employéEs et ouvrierEs de la fonction publique.

Le 31 JANVIER 2013 LES  3 FONCTIONS PUBLIQUES ETAT – TERRITORIALE – HOSPITALIERE Appellent à la grève de partout en France

Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, du Rhône appellent les agents de la Fonction publique,  à se mettre en grève et à se réunir dans l’action le jeudi 31 janvier pour exiger :

  • Un moratoire sur les suppressions d’emploi
  • Une augmentation de la valeur du point d’indice et le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat
  • L’abrogation du jour de carence
  • Le renforcement des services publics

TOUS EN GRÈVE

MANIFESTATION UNITAIRE

Départ 11h place des Terreaux

à la Préfecture de Rhône-Alpes

Rue Corneille – 69003 LYON

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost0

Publié le 17 Janvier 2013

 
Exigeons la libération de Georges Abdallah !
En prison depuis 28 ans, Georges Abdallah est le prisonnier politique resté le plus longtemps incarcéré en France : douze ans qu’il aurait pu et dû être libéré !

 

Georges Abdallah est un militant communiste libanais engagé dans le soutien au peuple palestinien.

Sous pression des Etats-Unis, Georges Abdallah a été arrêté à Lyon en 1984 pour des faux papiers. Il sera condamné sans preuve en 1986 pour complicité dans deux assassinats, l'un contre un agent de la CIA et l'autre contre un agent des services secrets israéliens.

Il est libérable depuis 1999. Les multiples demandes de libération conditionnelle déposées par ses avocats ont toujours été refusées.

Le 21 novembre 2012, un avis favorable à la libération de Georges Ibrahim Abdallah a été donné par le tribunal d'application des peines, conditionné par un arrêté d'expulsion signé par le ministre de l'intérieur.
Manuel Valls n'a pas signé cet arrêté qui permettrait sa libération.
Le prochain acte de cette farce judiciaire aura lieu le 28 janvier !
Pourquoi un tel acharnement ? Le peuple palestinien et le peuple libanais n'ont pas oublié Georges Abdallah qui reste une figure révolutionnaire reconnue du monde arabe. Israël et les Etats-Unis font pression pour que la France garde ce militant dans ses geôles.
Dans tout le monde arabe, (notamment au Liban où se déroulent des manifestations devant l'ambassade française), on exige la libération de ce militant. Notre mobilisation doit permettre de faire pression sur l'Etat pour obtenir la libération de Georges Abdallah. Ne l'abandonnons pas dans les prisons de France !
Vive la lutte pour le peuple palestinien !
Dénonçons la complicité de la France !
Libération de Georges Abdallah !
RASSEMBLEMENT
VENDREDI 25 JANVIER A 18h30
PLACE DU PONT
(Place Gabriel Péri - métro Guillotière)
Collectif 69 de soutien à la Palestine - OC-FR - OCML-VP

 

Georges Abdhallah

Georges Abdhallah

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #lyon, #Georges Abdallah, #International, #prison

Repost0

Publié le 16 Janvier 2013

Suite à l’assas­si­nat poli­ti­que, à Paris le 9 jan­vier der­nier, de Sakine Cansiz, 54 ans, Fidan Dogan, 24 ans et de Leyla Saylemez, 22 ans, trois mili­tan­tes du mou­ve­ment des femmes kurdes. Le Centre culturel Mésopotamie organise une manifestation samedi 19 janvier à 15h au départ de Bellecour.

Pour plus d’infor­ma­tion : http://futur-rouge.overblog.com/les-crimes-fascistes-ne-feront-pas-taire-la-revolte-du-peuple-kurde

Venez nom­breu­ses et nom­breux !

samedi 19 jan­vier à 15h au départ de Bellecour

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost0