Articles avec #icor tag

Publié le 21 Septembre 2016

Pour le Rojava, continuons à exprimer notre soutien !
Menons campagne en solidarité avec le peuple kurde qui tente de reconstruire son pays !
 
La Turquie réprime massivement les kurdes, attaquant au-delà de ses frontières et a pris le contrôle de 900 kilomètres carrés en Syrie. Elle a récemment exprimé son intention d’étendre son contrôle à 5000 km2. Ses offensives militaires n’ont pas d’autres buts que d’empêcher l’unification du Rojava. Pour cela la Turquie revendique une zone « tampon » à sa frontière avec la Syrie, en territoire kurde. Daesh de son côté continue sa guerre contre les peuples du Proche-Orient qui résistent et combattent pour leur survie. Les puissances impérialistes poursuivent leurs politiques criminelles aux côtés des dirigeant-e-s locaux corrompus et des milices réactionnaires. De très nombreux acteurs divers interviennent, parfois aux intérêts contradictoires ou ponctuellement convergents, avec des alliances instables. Tous tentent de gagner en influence pour servir leurs intérêts géostratégiques. Ce sont des enjeux globaux qui dictent le conflit, et non l’intérêt des vies humaines et civiles qui tentent de survivre sur place. Les impérialistes invoquent une intervention humanitaire alors qu’elle est tout sauf désintéressée. Leurs bombes explosent les maisons. Les villes assiégées sont détruites. Des populations sont massacrées. Ceux et celles qui le peuvent fuient la mort et sont contraint-e-s à l’exil au péril de leur vie. Les réfugié-e-s qui survivent aux traversées sont parfois arrêté-e-s par les autres états et renvoyé-e-s à la mort ou à la ruine vers ceux/celles qu'ils/elles ont fuis. 
Dans ce chaos, les kurdes se battent pour survivre et se reconstruire un avenir, avec leurs alliés des forces démocratiques syriennes (FDS). Au Rojava, ils bâtissent un nouveau monde, menacé par la guerre. Tout a été rasé, alors tout est à refaire mais sur de nouvelles bases démocratiques. Il faut construire des écoles, des hôpitaux, des routes, des universités. Il faut semer les champs, mettre en place des systèmes d'irrigation, installer de nouveaux centres de productions électriques et assurer l’approvisionnement du territoire. Il faut reconstruire les habitats pour assurer le retour de la diaspora. C’est tout un peuple qui n’a pas d’autre choix que de travailler d’unisson pour son émancipation et son autonomie. À Sinjar en Iraq aussi, les kurdes Yézédis doivent construire ce nouveau monde.
 
Lénine disait que le « communisme c’est les soviets plus l’électricité ». Nous n’en sommes pas encore là, mais le minimum est déjà d’assurer l’électricité dans un premier temps. Pour l’OC-FR, il est urgent de soutenir cette politique de reconstruction, et de faire campagne pour apporter une aide internationaliste et anti-impérialiste. Nous soutenons par-exemple l’initiative de l’ICOR qui avec l’aide de brigades de solidarités a construit à Kobane un centre de soin. Ce centre de soin doit être financé pour fonctionner normalement, être équipé et répondre à ses objectifs. L’aide internationaliste doit donc se poursuivre, et la solidarité concrète de l’ICOR doit trouver de nouveaux relais et être poursuivie par les soutiens progressistes. La reconstruction de Kobané est une priorité sur le chemin de la révolution au Rojava, et pour la libération de l’humanité. Cet acte inspire tous les mouvements révolutionnaires et est un exemple pour tous-tes ceux-celles qui se battent pour la révolution.
C’est pourquoi nous soutenons les actions de solidarités concrètes, et notamment celle de l’UPML et du centre culturel kurde de Nantes qui organisent une soirée-débat samedi 24 septembre en présence d’un des brigadistes. 
 
L'OC-FR soutient cette initiative que nous relayons, et appelons à l’organisation d’autres événements de ce type pour promouvoir la politique de reconstruction du Rojava. Il nous faut mener campagne pour faire la lumière sur l’actualité au proche-orient, sur les interventions impérialistes et les complicités criminelles des états, à commencer par l'état français, et des milices réactionnaires. Nous devons apporter notre énergie aux kurdes et à leurs alliés progressistes. Les forces révolutionnaires attendent de nous que nous puissions contribuer à la révolution démocratique et populaire au Rojava. Dans un premier temps, nous devons répondre aux demandes du Rojava. Il faut équiper et financer le fonctionnement du centre de soin. Nous appelons tous les internationalistes à y participer !

 

Voir ci-dessous le texte de présentation de la soirée-débat :

 

Le gouvernement turc a déclenché une répression massive contre le mouvement kurde et démocratique. Les États réactionnaires de la région comme les puissances impérialistes à l'origine de la déstabilisation de la région craignent par dessus tout le combat d'un peuple pour sa liberté.

La solidarité avec le peuple kurde s'est déjà mise en marche. En 2015, la Coordination Internationale des partis et organisations révolutionnaires (ICOR) a organisé des Brigades de solidarité pour la reconstruction d'un hôpital à Kobané (Rojava).

La lutte se poursuit et il faut continuer les actions de solidarité. Cette soirée-débat permettra de mieux connaître la lutte du peuple kurde à travers le film « Assurer la victoire » qui retrace la construction du centre de santé. Nous pourrons également mieux comprendre la situation actuelle grâce aux membres du Centre culturel Kurde de Nantes, co-organisateurs de cette soirée.

Soirée-débat en présence d'un brigadiste et des membres du Centre Culturel kurde (Nantes)

samedi 24 septembre, 18h30 Centre Culturel kurde, La Rabotière, Saint Herblain

La rencontre sera suivi d'un encas et des tables de presse permettront de poursuivre les discussions.

Contact : Centre culturel kurde (Nantes) zin44@gmail.com

Union prolétarienne marxiste-léniniste contact-upml@riseup.net

Organisation Communiste - Futur Rouge  www.futur-rouge.overblog.com

 

Pour le Rojava, continuons à exprimer notre soutien !

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Turquie, #kurdistan, #Kobane, #Icor, #Syrie

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2015

Meeting de l'ICOR à Paris : pendant la COP 21, poursuivons la mobilisation !
 
L'ICOR (Organisation Internationale des Organisations et Partis Révolutionnaires), appelle à un meeting le vendredi 11 Décembre à 19 H au Centre culturel Kurde à Paris dans le cadre de la mobilisation contre la COP 21.
 
L'OC-FR participe en région parisienne aux côtés de l'ICOR à une campagne de mobilisation sur les questions environnementales et écologiques.
Nos militant-e-s en Ile de France participent à son organisation parce que nous considérons que cette problématique urgente exige une unité internationale des marxistes-léninistes. Nous ne sommes pas membres de l'ICOR, mais ponctuellement, nous avons décidé de soutenir activement leur initiative et de militer sur les mêmes mots d'ordre.
 
Les groupes capitalistes eux aussi sont organisés à l'internationale. Ils tirent leurs profits dans le monde, soumettent les peuples, apportent la guerre et polluent. Si nous voulons apporter une réponse conséquente à ces enjeux, nous devons nous aussi nous organiser à la plus grande échelle possible.
 
En France, le gouvernement a mis en place l'état d'urgence qui se traduit par l'interdiction de manifester. Lors du rassemblement à Paris, place de la République contre le lancement de la COP 21 dimanche 29 Novembre, il y a eu plus de 341 interpellations, 317gardes à vue selon la préfecture de Police.
Dans ce climat répressif, il est urgent de nous mobiliser, et de maintenir notre campagne.
Pour nous, militer sur ce sujet, c'est s'attaquer à l'impérialisme, la cause première du problème aujourd'hui.
Nous dénonçons en particulier l'impérialisme français, notre impérialisme, dont les grandes multinationales sponsorisent la COP 21 : Total, Shell, Veolia, Areva, Thalès, Lafarge, Engie, EDF, etc.
Ce sont ces mêmes groupes qui à travers le monde, maintiennent les peuples sous domination, installent et destituent les régimes au service de l'impérialisme, etc. On les retrouve dans le monde entier.
 
En Guyane, les groupes pétroliers comme Total et Shell explorent les fonds marins pour trouver du pétrole, mettant en péril la côte en cas de marée noire. En Chine, Engie développent ses projets de centrale à charbon, alors que l'atmosphère du pays est déjà l'un des plus irrespirables. Au Niger, Areva continue d'exploiter des mines d'uranium à ciel ouvert, polluant les sols et les eaux, et contaminant des générations entières atteintes de maladies et de malformations du fait des conditions sanitaires. Il est impossible de recenser tout ce que ces groupes français génèrent, tant ils sont nombreux. Mais ils représentent un panel des intérêts impérialiste de la France. Ce sont eux, les responsables de la situation.
 

Pour la première fois, la Coordination Internationale des Partis et Organisations Révolutionnaires (ICOR) organise une réunion à Paris.

 

Etat d’urgence en France -  état de guerre au Moyen Orient et en Afrique – répression de la résistance - une COP 21 hyper-sécurisée.

 

·         L’ICOR œuvre à la coopération et à la coordination des forces révolutionnaires au niveau mondial. Elle reprend la conclusion de Lénine : «Le capital est une force internationale. Il faut, pour le vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers.»  Aujourd’hui, 49 Organisations sur les 4 continents adhèrent à l’ICOR (plus d’infos sur: www.icor.info/fr)

 

·         Sauvez l’environnement de l’économie de profit qui pousse l'humanité vers une catastrophe écologique globale car le capitalisme met en question les bases même de la vie …

Résistance active pour sauvegarder  l'environnement ! Pour un ordre social sans exploitation de l'homme et de la nature.

·         La révolution à ROJAVA est d’une importance internationale. L'ICOR participe à la reconstruction de KOBANÊ et soutient la lutte de libération du peuple kurde.

Venez discuter vendredi 11 décembre à 19 h avec les représentants de l’ICOR de plusieurs pays en Europe. Une table de presse sera à la disposition des organisations.

Meeting de l'ICOR à Paris : Pendant la COP 21, poursuivons la mobilisation

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Icor, #environnement, #Paris

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2015

COP 21 : liberté de circuler et de manifester !
Nous ne nous soumettrons pas à l'Etat d'urgence !
 
Ils seront bientôt tous réunis. Mosanto, Total, Engie, Veolia, etc, les grands groupes capitalistes polluants et leurs lobbys qui produisent OGM et pesticides, construisent de nouvelles centrales à charbon ou nucléaire, les mêmes qui épuisent nos ressources non-renouvelables, défigurent nos régions, empoisonnent nos eaux, etc. Avec la COP21, ils veulent faire croire qu’ils se préoccupent de l’environnement, alors qu’ils sont les premiers responsables de la situation actuelle. Nous manifesterons pour dénoncer cette escroquerie !
 
Aux côtés de l’ICOR (International Coordination of Revolutionary Parties and Organizations) et des organisations et militant-e-s membres, l’OC-FR a décidé de participer à une campagne contre la COP 21, qui s'annonçait massif avant l'état d'urgence, et qui ne doit pas se démobiliser. 
 
Ils veulent entraver notre mobilisation
 
Du 30 Novembre au 11 Décembre 2015, 80 chefs d’état se rendront à Paris. Pour protéger les capitalistes et impérialistes les plus puissants de la planète et éviter toute contestation massive, la France a décidé de suspendre Schengen à ses frontières (via une clause de sauvegarde de l’article 2.2 de la convention). Pour empêcher des manifestant-e-s anti-COP 21 de rejoindre Paris, un dispositif policier triera donc les entrées. Certains visas seront refusés sur des critères politiques, triés en fonction de l’appartenance à des groupes politiques, associatifs et militants, ou selon le passé militant, et la présence sur un quelconque fichier policier. 
Tous/tes ceux/celles qui ont une fiche S en particulier sont visés. Cette fiche qui regroupe aussi des militant-e-s syndicalistes, écologistes, associatifs, des supporteurs/trices de football, les zadistes, etc, concerne plus de 20 000 personnes selon le journal Le Parisien. Plusieurs parlementaires ont poussé l'outrance après les attentats jusqu'à demander l'interpellation de toutes les personnes fichés S pour les regrouper dans des camps. Eric Ciotti par exemple veut les "incarcérer préventivement".
Plusieurs militant-e-s auraient également reçus des assignations à résidence pour la période de la COP 21. 
 
Après les attentats de 13 novembre à Paris, le président François Hollande a promulgué l'Etat d'urgence dans l'ensemble de son territoire. C'est une première depuis la guerre d'Algérie. Prévu pour trois semaines, il est prolongé pour trois mois à la quasi-unanimité (moins six votes contre, et une abstention) par l'Assemblée Nationale, puis le 20 novembre par le Sénat.
Le gouvernement profite de l'état de sidération dans le pays pour faire passer ses mesures d'exception. Toutes manifestations et rassemblements sont interdites. Pendant qu'ils continuent à mener leur politique capitaliste, impérialiste et liberticide, nous n'avons pas le droit de nous mobiliser. C'est une aubaine pour la France, qui craignait une mobilisation massive lors de la COP 21.
Face aux menaces de l'état français, il n'est pas possible pour nous de nous taire et d'abdiquer.  
 
Ils ont déjà essayé. Dimanche 22 novembre, la police et la gendarmerie ont voulu empêcher la tenue d'une manifestation à Paris, en soutien aux réfugiés. Malgré la répression, la manifestation s'est tenue entre Bastille et République. C'est une victoire et c'est ce type de victoires que nous devons réitérer.
Cependant nous restons vigilants. La police a dénoncé 58 personnes qui auraient manifesté et le parquet a annoncé vouloir les poursuivre. 
 
Nous revendiquons la liberté de circuler et de manifester. Nous veillerons à ce que tous nos camarades puissent nous rejoindre et serons attentifs aux tentatives de blocage aux frontières. Nous manifesterons dans la rue.
Cette COP 21 est une mascarade politique qui ne servira que de vitrine aux gouvernants et autres multinationales.
En outre, alors que les migrant-e-s sont parqué-e-s, pourchassé-e-s par la police, que les mobilisations racistes se multiplient, les mesures prises par la France à l'occasion de la COP21 vont encore permettre de renforcer la répression à leur encontre. Nous revendiquons la liberté de circulation pour chacun-e.
 
 
Le communiqué du gouvernement français justifie la suspension de Schengen en invoquant  des « risques de troubles à l’ordre public, qui pourraient venir entacher cette grande manifestation internationale ». Il est certain que pour le gouvernement, une manifestation d’ampleur accompagnée d’actions contestataires gâcherait la fête. François Hollande compte sur un « effet COP 21 » pour reprendre encore quelques points dans les sondages même si cela a peu de chance d’arriver. Cette grande messe sera l’occasion pour lui de se mettre au centre de la scène, à un an de la prochaine campagne présidentielle.
 
Selon une note interne du renseignement territorial que RTL s’est procurée, la police s’attend à des affrontements. 5 000 policiers seront en charge de la sécurité exclusive du sommet et le niveau d’alerte terroriste sera maximal. La mission sera notamment de protéger les sièges sociaux des grands groupes industriels : Areva, Thalès, etc. C’est bien par crainte du mouvement de contestation. Après l’annonce ubuesque de la reprise de la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes, le mouvement s’annonçait massif.
 
La COP 21 n’est qu’un écran de fumée
 
La COP 21 est un leurre car le système capitaliste ne peut qu’aggraver l’état de la planète. Son mode de fonctionnement anarchique, concurrentiel ne peut qu’aiguiser de nouvelles contradictions antagoniques et provoquer des crises toujours plus graves. Face à la concurrence inter-impérialiste, les grands groupes industriels sont prêts à repousser toutes les limites, jusqu’aux désastres, pour engendrer plus de profits. Actuellement, les tensions internationales sont aiguisées, pour les puits de pétrole et le contrôle des voies d'exportation, les impérialistes font la guerre en Irak et Syrie. Tout ce qui les intéresse, c'est la conquête de marchés et de matières premières, ils sont incapables de se mettre d'accord pour éviter la catastrophe environnementale, ils sont à l'origine de cette catastrophe et nous en paierons les conséquences.
Nous pensons que le système capitaliste est son propre fossoyeur, mais qu’il ne tombera pas seul dans le fossé. C’est à nous de l’y pousser, pour instaurer à la place un système politique et économique égalitaire et sain. Seule une planification socialiste peut résoudre les contradictions crées ou développées par le système capitaliste. En planifiant notre économie, nos industries, nos productions, et en aménageant autrement nos territoires, nous pourrons retrouver un équilibre dans la société, et une nouvelle unité entre l’homme et la nature. 
 
Tous et toutes dans la rue contre la COP 21 !
A bas l'état d'urgence !
Pour une planification socialiste de l’économie et de nos territoires !

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Icor, #International, #environnement, #Répression

Repost 0