Publié le 30 Décembre 2015

Jacqueline Sauvage est incarcérée depuis le 10 septembre 2012.
Ce jour là, après avoir été battue par son mari, elle l'abat de trois balles.
La cour d'appel de Blois a condamné Jacqueline sauvage à 10 ans de prison ferme.
L'avocat général a argué qu'elle était d'autant plus coupable qu'elle était sa femme et les jurés ont suivi son réquisitoire.
Nous ne pouvons que nous élever contre la répression d'une victime qui n'a fait que sauver sa vie piétinée depuis 50 ans par un mari tortionnaire. Elle a également mis à l'abri ses filles qui ont malheureusement été victimes de la prédation de leur père et soutiennent leur mère.

La famille, lieu de terreur. 

La famille reste fondamentale dans notre société. C'est par elle que se transmet l'héritage. C'est l'espace où nous transformons les produits que nous achetons en nourriture, nous nous lavons, nous dormons, nous reproduisons et sommes élevés.

Mais la famille, tout le monde n'y a pas la même place. Propriétaires, assignés aux tâches de production, maîtres de l'espace public, les hommes y exercent un pouvoir discrétionnaires. En France, les enfants y vivent cachés, les filles parfois enfermées jusqu'à l'âge adulte, elles passent d'un père a un mari, astreintes par les tâches ménagères.
Coups, meurtres, violences sexuelles, torture, séquestration, voilà ce à quoi les femmes et les enfants s'exposent dans l'espace familial, d'avoir à vivre sous le joug d'un tortionnaire, à une terreur permanente.

 Un acte d'autodéfense

Nous tenons à faire part de nos condoléances à Jacqueline Sauvage et ses filles dont le fils s'est suicidé le jour même où Jacqueline a abattu son mari.
Il cherchait à échapper à l'entreprise familiale créée par son père. Il exploitait économiquement sa famille dépendante économiquement et corvéable à merci.
Elle l'a fait au moment où l'emprise criminelle de son mari atteignait son stade ultime de développement; au moment où il donnait la mort. Il est responsable directement du suicide de son fils.
C'est bien sa vie que Jacqueline Sauvage à sauvé.

 Une justice au service du patriarcat

Le modèle patriarcal craque de partout. Les femmes rejettent l'asservissement millénaire dont elles sont victimes. On commence à se mobiliser autour des droits de l'enfant. Les luttes poussent les capitalistes à légiférer. Ils votent des lois interdisant les viols, les violences intra-familiales.

Mais ensuite, ils répriment et culpabilisent les victimes. Du procès d'Outreau à celui de Jacqueline sauvage en passant par celui des viols collectifs de Fontenay sous bois, elles sont à chaque fois piétinées. Ces accusations de mensonge, cette façon criminelle de réprimer les victimes est un avertissement faites à toutes, une injonction à se taire.

Si les bourreaux patriarcaux, les violeurs, les geôliers, se recrutent dans toutes les classes, ceux qui sont au pouvoir ont des intérêts spécifiques à faire taire les femmes et les enfants qui osent se révolter. L'ordre patriarcal est nécessaire au bon fonctionnement du capitalisme, à la reproduction des travailleurs et travailleuses. La soumission imposée par les pères et les maris prépare à la soumission au patron-ne-s.
Nous ne sommes donc pas étonné-e-s de ce verdict.
Mais, pour Jacqueline et tou-te-s les autres, femmes et enfants, nous ne pouvons que réaffirmer notre volonté de balayer le patriarcat.

 Solidarité avec les femmes et les enfants qui luttent contre les violences patriarcales 

Nous sommes révolutionnaires et nous ne pensons pas que cette question soit secondaire. Nous ne rêvons pas d'une société où persiste une petite économie domestique à laquelle femmes et enfants sont asservi-e-s.
Nous nous battons concrètement au quotidien en soutien aux femmes et enfants victimes de violence, y compris dans le milieu militant. Nous ne tolérons pas que les victimes y soient victimes de répression.
Les criminels patriarcaux et celles et ceux qui repriment les victimes sont nos ennemi-e-s.
Nous soutenons les initiatives des féministes et de leurs alliés. Par exemple, à Lyon, des camarades organisaient une rencontre récemment contre les violences intra-familiales.
Nous trouvons l'élan de solidarité envers Jacqueline Sauvage très positif. 10 000 euros ont été récoltés. La voix des filles de Jacqueline a été mise en avant par les soutiens. Elles réclament une grâce présidentielle. Nous soutenons ce mot d'ordre et appelons à la mobilisation le 23 janvier. Les militant-e-s de l'OC-FR y participeront !

Halte à la répression !
Liberté pour Jacqueline Sauvage !

Droit à l'autodéfense pour les victimes de violence patriarcale !

Liberté pour Jacqueline Sauvage

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Féminisme, #France, #Répression

Repost0

Publié le 21 Décembre 2015

Les élections passent, et pendant ce temps la France continue à bombarder et à piller le monde !
 
La COP 21 s’est achevé comme elle a commencé, avec 150 chefs d’états et de beaux discours hypocrites qui ne changeront jamais rien à la politique impérialiste et destructrices des états capitalistes. Ils ne feront jamais rien de bon pour la planète. 
« L’accord de Paris » adopté samedi 12 décembre a été rédigé en sorte qu’il ne puisse pas menacer les intérêts immédiats des grandes puissances qui polluent massivement la Terre.
La France en particulier est responsable de cette situation. Alors que les travaux à Notre Dame des landes reprennent, que les multinationales prospectent nos sols pour trouver du Gaz de schiste en région parisienne ou dans la vallée du Rhône, du pétrole au large de la Guyane, et ouvrent de nouveaux projets miniers en Bretagne, la politique française s’appuie sur sa production énergétique essentiellement basée sur le nucléaire sur le territoire métropolitain, mais aussi sur le charbon à l’international. 
Ses multinationales, Total, Areva, Engie, Lafarge, etc, sont parmi les plus voraces dans la compétition mondiale inter-impérialiste. Ces grands groupes industriels et monopolistiques sont prêts à tout pour piller les ressources de la planète.
Pendant ce temps, avec l’état d’urgence, ils ont réussi à empêcher la tenue de deux manifestations qui promettaient d’être historiques et records dans l’état français. Certainement que si ces manifestations contre la COP 21 avaient eu lieu, jamais en France nous n’aurions vu une si importante mobilisation écologiste.
Dans le même temps, la France poursuit ses frappes militaires en Iraq et en Syrie. Plusieurs membres du gouvernement ont pris récemment la parole, pour également préparer une nouvelle intervention militaire en Libye, soit disant pour contrer Daech. C’est pourtant la France, en y semant le chaos et la guerre en 2011, qui y a préparé le terreau favorable à Daech.
 
Dimanche 13 Décembre, ont eu lieux les élections régionales du second tour. 
La droite a obtenu 7 régions métropolitaines, la gauche 5. En Corse, la gauche nationaliste corse a gagné l’élection. 
Le FN lui n’a pas obtenu la direction d’une région, mais elle dépasse son record de votants avec plus de 6,8 millions de voix (au premier tour des présidentielles le FN avait obtenu 6,42 millions de voix). 
Ils ont désormais 358 conseillers régionaux. Indéniablement, c’est le parti qui progresse le plus dans ces élections.
Evidemment que c’est inquiétant, car cet électorat représente la part la plus ouvertement réactionnaire. Le Front National est le parti le plus ouvertement raciste, sexiste et homophobe. C’est un parti anti-immigré et anti-ouvrier qui soutient ouvertement les guerres de la France et sa répression intérieure.
Sur ses listes il y avait parmi les pires des réactionnaires, il y avait notamment des identitaires et de nombreux nationalistes et catholiques intégristes. Philippe Vardon, président de Nissa Rebella était cinquième sur la liste dans les Alpes-Maritimes et a été élu. C’est une tribune de plus que ces factions ont gagné. Ils se banalisent de plus en plus dans l’environnement politique.
 
Nos militant-e-s n’ont pas voté. Nous nous sommes tenus à l’écart de ces élections qui nous intéressaient peu. Nous avons suivi les résultats car ils révèlent souvent des informations, mais avec un taux d’abstention de 41,5% au second tour et de 50,09 au premier tour, le résultat ne reflète en réalité que peu de choses.
 
Nous constatons cependant que le Front National n’est pas encore aux portes du pouvoir. Nous observons aussi que l’alternance PS/UMP-LR ne paraît plus crédible auprès de grand monde. Que ce soit la gauche ou la droite, leurs résultats sont pitoyables. 
La droite n’est pas capable de profiter des débâcles du PS pour rafler les régions. 
Le Parti Socialiste au pouvoir, et son gouvernement sont devenus tellement risibles qu’ils ne se maintiennent que grâce au chantage du vote utile, qui ne fonctionne de moins en moins pour leur ramener des voix.
La gauche du PS n’est pas plus audible. A force de compromis avec le pouvoir et le parti socialiste,  ils n’ont fait que renforcer à quel point ils ne sont que des supplétifs de la bourgeoisie et non une alternative. L'ensemble des député-e-s front de gauche ont voté la poursuite de l'état d'urgence et se mettent au diapason des fauteurs de guerre du gouvernement. Jean Luc Melenchon nie l'islamophobie alors que les perquisitions de lieux de culte, la discrimination au travail et les agressions racistes touchent de plein fouet les musulman-e-s.  Dans deux régions ils ont été jusqu’à faire campagne pour la droite. En Paca, Europe écologie-les verts ont tractés pour Christian Estrosi, qui n’a pourtant pas besoin de l’extrême-droite pour appliquer son programme et qui a fait de la ville de Nice un laboratoire des projets les plus droitiers de son parti.
 
En Corse, les nationalistes ont fait une percée. Nous soutenons les revendications portées autour de la langue Corse à l'heure actuelle. 
 
 
Pour l’OC-FR, ce jeu électoral est une mascarade. Aucun des partis bourgeois ne représentent une solution, bien au contraire ils nous maintiennent dans ce système capitaliste que nous combattons. Ce sont ces partis qui le gère depuis des siècles. 
De plus les compétences politiques des régions ne sont que celles de relais du pouvoir centralisé à Paris. L’enjeu était donc très faible. Il n’y avait strictement rien à espérer de ces élections.
 
Et pour 2016 que voulons-nous?
 
Nous l’avons déjà dit, à l’heure actuelle, notre priorité est la construction d’un mouvement anti-impérialiste dans l’état français. Nous combattons en particulier l’impérialisme français, contre lequel nous pouvons par nos luttes, avoir un impact. Nos mobilisations doivent faire reculer les velléités guerrières à travers le monde de la France. Elles doivent soutenir les sans-papiers. Elles doivent relayer les combats des peuples qui résistent contre l’impérialisme.
 
Ce que nous souhaitons plus que tout, c’est la chute de cet impérialisme et la révolution socialiste. Si nous devions appeler de nos voeux quelque chose pour 2016, ce serait cela.
Mais nous savons, que ça ne peut pas se produire seule, comme par magie. Il faudra se battre. Il faudra construire l’unité dans la lutte. Cela prendra du temps. Il faudra avoir le courage de construire cette lutte, pas à pas, et minutieusement. Il faudra reconstruire les organisations révolutionnaires. Il y a encore beaucoup de travail devant nous pour espérer plus.
 
Nous avons décidé de participer à une campagne de soutien aux kurdes qui reconstruisent Kobané. Leur combat est une lueur d’espoir dans ce monde ravagé par les guerres et partagés par les impérialistes. Nous soutenons leur lutte, et nous espérons qu’elle fasse jonction avec la lutte de tout les peuples, au Proche et Moyen-Orient, dans le monde arabe mais aussi en Afrique et ailleurs. Nous souhaitons en particulier voir nos camarades kurdes se lever ensemble avec le peuple palestinien. Leurs luttes a de nombreuses similitudes. Ils ont les même ennemis. Nous pensons que c’est une cause commune.
 
Le gouvernement essaye avec l’état d’urgence de nous dissuader de lutter. Il se trompe en croyant que ce sera suffisant. 
Le gouvernement annonce sans cesse de nouvelles mesures répressives. Il veut encore rallonger la période d’état d’urgence. Il assigne des militant-e-s à résidence. Il perquisitionne largement tout-e-s ceux/celles qu’il suspecte comme une menace. Nous ne nous laisserons pas intimider.
 
 
Pour 2016 construisons la lutte anti-impérialiste !
 
Les élections passent et pendant ce temps la France continue à bombarder et à piller le monde !

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #élections, #Impérialisme

Repost0

Publié le 6 Décembre 2015

Jeudi, un incendie criminel a ravagé le rez de chaussée du Foyer Cara.

Les 200 habitant-e-s du bâtiment se sont retrouvés bloqués par les flammes et menacés d'asphyxie.

Les habitant-e-s ont ouvert leurs fenêtres et se sont adressé-e-s aux habitant-e-s du quartier pour leur demander de prévenir les pompiers que peu arrivaient à joindre.

Des riverains sont venus soutenir les habitant-e-s. La police une fois sur place a tout d'abord menacé ces riverains, complètement paniquée. Il a fallu les supplier de se calmer. Et de considérer les conséquences de morts au cara pendant l'état d'urgence, à savoir que les vies parties en fumée de nos camarades, cohabitant-e-s, ex-cohabitant-e-s et ami-e-s allumeraient d'autres incendies en banlieue pour qu'ils prennent en charge la tâche de sécuriser les habitant-e-s.

La sécurité des banlieusard-e-s et notamment de la population du foyer en très grande majorité noir-e-s arabes et roms n'est pas une priorité pour l'état qui criminalise les mal logé-e-s du 93, particulièrement après les attentats du 13 novembre. Pas d'état d'urgence pour sauver les habitant-e-s du cara. Pas d'hélico pour évacuer "Carayevo".

200 personnes sont menacé-e-s de mort par un acte criminel et la réaction des forces de l'ordre est de les considérer eux comme des criminels et les secours tardent. Toutes les vies ne se valent pas dans ce pays.

Les pompiers ont mis plusieurs dizaines de minutes à arriver. Alors que les habitant-e-s suppliaient ceux ci d'intervenir, ils ont attendu que 8 camions de pompiers soient là pour venir éteindre l'incendie pourtant circonscrit au rez de chaussée, ne voulant pas prendre le risque d'intervenir dans la tour sans une solide équipe.

Cela a éveillé la méfiance des habitant-e-s qui ont craint d'être expulsé-e-s.

Il n'y a pas eu de mort-e-s grâce à la solidarité du quartier mais une personne à sauté par la fenêtre et plusieurs personnes sont tombées dans les escaliers et certain-e-s ont été brûlé-e-s et ont failli mourir étouffées par la fumée.

L'eau et l'électricité sont toujours là, les habitant-e-s ne se laisseront pas déloger par un incendie. Ils et elles appellent à la solidarité pour nettoyer les dégâts et réclament leur relogement.

Nous nous félicitons que tous et toutes soient sain-e-s et sauf-ve-s et que les forces de l'ordre aient entendu ce que nous leur disions. Nous sommes solidaires depuis deux ans des habitant-e-s du Foyer. Des centaines de personnes y sont passées et y passent et y ont tissé des liens de solidarité. Les forces de l'ordre si elles ne s' étaient pas ressaisies aurait pu placer tout l'état en face d'une situation qu'il aurait eu du mal à gérer, dans le climat de tension actuel, avec tout son arsenal répressif déjà mobilisé suite aux attentats et à la cop 21.

Nous apprenons le même jour l'expulsion d'ancien-ne-s habitant-e-s du cara de leur squat à Saint Denis. Assez de répression dans nos quartiers.

Solidarité avec les mal logé-e-s. A bas le racisme d'état

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost0

Publié le 1 Décembre 2015

Meeting de l'ICOR à Paris : pendant la COP 21, poursuivons la mobilisation !
 
L'ICOR (Organisation Internationale des Organisations et Partis Révolutionnaires), appelle à un meeting le vendredi 11 Décembre à 19 H au Centre culturel Kurde à Paris dans le cadre de la mobilisation contre la COP 21.
 
L'OC-FR participe en région parisienne aux côtés de l'ICOR à une campagne de mobilisation sur les questions environnementales et écologiques.
Nos militant-e-s en Ile de France participent à son organisation parce que nous considérons que cette problématique urgente exige une unité internationale des marxistes-léninistes. Nous ne sommes pas membres de l'ICOR, mais ponctuellement, nous avons décidé de soutenir activement leur initiative et de militer sur les mêmes mots d'ordre.
 
Les groupes capitalistes eux aussi sont organisés à l'internationale. Ils tirent leurs profits dans le monde, soumettent les peuples, apportent la guerre et polluent. Si nous voulons apporter une réponse conséquente à ces enjeux, nous devons nous aussi nous organiser à la plus grande échelle possible.
 
En France, le gouvernement a mis en place l'état d'urgence qui se traduit par l'interdiction de manifester. Lors du rassemblement à Paris, place de la République contre le lancement de la COP 21 dimanche 29 Novembre, il y a eu plus de 341 interpellations, 317gardes à vue selon la préfecture de Police.
Dans ce climat répressif, il est urgent de nous mobiliser, et de maintenir notre campagne.
Pour nous, militer sur ce sujet, c'est s'attaquer à l'impérialisme, la cause première du problème aujourd'hui.
Nous dénonçons en particulier l'impérialisme français, notre impérialisme, dont les grandes multinationales sponsorisent la COP 21 : Total, Shell, Veolia, Areva, Thalès, Lafarge, Engie, EDF, etc.
Ce sont ces mêmes groupes qui à travers le monde, maintiennent les peuples sous domination, installent et destituent les régimes au service de l'impérialisme, etc. On les retrouve dans le monde entier.
 
En Guyane, les groupes pétroliers comme Total et Shell explorent les fonds marins pour trouver du pétrole, mettant en péril la côte en cas de marée noire. En Chine, Engie développent ses projets de centrale à charbon, alors que l'atmosphère du pays est déjà l'un des plus irrespirables. Au Niger, Areva continue d'exploiter des mines d'uranium à ciel ouvert, polluant les sols et les eaux, et contaminant des générations entières atteintes de maladies et de malformations du fait des conditions sanitaires. Il est impossible de recenser tout ce que ces groupes français génèrent, tant ils sont nombreux. Mais ils représentent un panel des intérêts impérialiste de la France. Ce sont eux, les responsables de la situation.
 

Pour la première fois, la Coordination Internationale des Partis et Organisations Révolutionnaires (ICOR) organise une réunion à Paris.

 

Etat d’urgence en France -  état de guerre au Moyen Orient et en Afrique – répression de la résistance - une COP 21 hyper-sécurisée.

 

·         L’ICOR œuvre à la coopération et à la coordination des forces révolutionnaires au niveau mondial. Elle reprend la conclusion de Lénine : «Le capital est une force internationale. Il faut, pour le vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers.»  Aujourd’hui, 49 Organisations sur les 4 continents adhèrent à l’ICOR (plus d’infos sur: www.icor.info/fr)

 

·         Sauvez l’environnement de l’économie de profit qui pousse l'humanité vers une catastrophe écologique globale car le capitalisme met en question les bases même de la vie …

Résistance active pour sauvegarder  l'environnement ! Pour un ordre social sans exploitation de l'homme et de la nature.

·         La révolution à ROJAVA est d’une importance internationale. L'ICOR participe à la reconstruction de KOBANÊ et soutient la lutte de libération du peuple kurde.

Venez discuter vendredi 11 décembre à 19 h avec les représentants de l’ICOR de plusieurs pays en Europe. Une table de presse sera à la disposition des organisations.

Meeting de l'ICOR à Paris : Pendant la COP 21, poursuivons la mobilisation

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Icor, #environnement, #Paris

Repost0