Carré Jaude 2 : Non à la surexploitation des immigrés!

Publié le 20 Janvier 2013

Carré Jaude 2, les sales méthodes du patronat

 

 

Le chantier du carré jaude 2 a Clermont-ferrand a été présenté a la population comme exemplaire. A en croire les publicités accroché aux palissades de ce dernier il serait un havre de modernité pour les travailleurs. Sauf que la réalité est toute autre, derrière les images d'Épinal de la propagande bourgeoise, se cache l'exploitation et l'humiliation quotidienne inhérente au système capitaliste.

 

Pour ce faire le patronat recours a une pratique particulièrement rependu dans le BTP: L'emploi d'ouvrier en «détachement».

 

La méthode est simple, à coté des ouvriers Français déjà soumis à des conditions de travail dégradantes, on emploie des travailleurs immigrés que l'on fait venir pour trimer sur les chantiers Français tout en les soumettant au code du travail de leurs pays d'origine.

 

Dans le cadres du chantier du carré Jaude 2, ce sont des ouvriers Portugais que l'on exploite. Salaires a la baisse, couchage dans des campings a 20 km de leur lieu de travail, application d'une législation désavantageuse... La paie mensuelle d'un travailleur «low cost» est de 5,50euros de l'heure, ce à quoi il faut enlever les frais de logement (en camping) et de protection sociale, et cela seulement quand ses derniers reçoivent un contrat de travail. Le patronat ne recule devant rien pour s'assurer un taux de profit maximum.

 

Les prolétaires de l'État Français ne doivent pas tomber dans le piège nauséabond du racisme et du populisme. Ils ne doivent pas prendre pour cible leurs frères de classes soumis a des conditions de travail plus dures que les leurs. Sur le chantier, quelque soit la nationalité, c'est la misère et l'esclavage salarié pour tous. La division de la classe ouvrière menée par les éléments les plus réactionnaires de la bourgeoisie a toujours fait le jeux des exploiteurs. Au contraire c'est dans l'union que la classe ouvrière a forgé ses plus belles traditions de lutte. Ce n'est que dans l'unité que le prolétariat peut s'opposer aux patrons et se libérer des chaînes qui l'entravent.

 

Dans cette affaire nous devons réclamer un salaire égal pour tous, Français ou immigrés. Il nous faut nous unir à la base, et construire des revendications communes pour imposer aux patrons des conditions de travail décentes pour toutes et tous, quelque soit la nationalité.

 

S'organiser ensemble, c'est commencer a faire bloc, a relever la tète. Faire face au patron, au contremaître, au garde chiourme, c'est aussi retrouver notre dignité face a un système capitaliste qui de tout temps a bâti sa fortune sur les ruines de nos vie. Opposons a l'exploitation et au racisme des exploiteurs, notre unité et notre détermination dans la lutte. Il ne faut jamais oublier que possédants ne peuvent s'enrichir qu'en profitant notre labeur. C'est la classe ouvrière qui crée les richesse, c'est elle qui verse sang et eau pour faire tourner l'appareil de production, c'est donc elle qui doit diriger la société.

 

FRANCAIS-IMMIGRES, MEME PATRON MEME COMBAT

VIVE L'UNITE DE LA CLASSE OUVRIERE

ORGANISONS NOUS ET ENSEMBLE NOUS VAINCRONS

 

Carré Jaude 2 : Non à la surexploitation des immigrés!

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Carré Jaude 2, #Clermont Ferrand, #grêve

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article