Publié le 27 Avril 2015

Pour un premier Mai de résistance
 
Le système capitaliste est en crise ! Les médias et les politiques nous répètent que le plus dur est passé, que la crise arrive à son terme, pourtant le chômage augmente, les restructurations économiques continuent, les plans de licenciements se suivent. 
Pour la classe ouvrière, la situation ne va pas en s’améliorant, et tout est difficile. 
Fin de mois, logements, contrats précaires, éducation, etc… tout est compliqué, tout est cher, et un niveau de vie décent est de plus en plus inaccessible à la masse des travailleurs/euses.
Le gouvernement socialiste déclare qu’il n’y a pas le choix, que pour sortir de la crise, il faut serrer la ceinture et accepter l’austérité. Eux pendant ce temps continuent à s’en mettre plein les poches, et cette austérité, seules les classes populaires en subissent les conséquences alors que ce sont les bourgeois/es et le système capitaliste qui sont responsable !
 
Il y a un an déjà, nous appelions à un premier mai de lutte ! Manuel Valls avait annoncé un plan de rigueur de 50 milliard d’euros d’économies. Il y avait alors 5 264 800 chômeurs selon Pôle Emploi. Aujourd’hui il y en aurait 6,25 millions. 
Leur plan d’austérité ne nous a donc apporté que plus de misère, plus de précarité, plus de chômage !
 
Mais ne soyons pas résignés, la classe ouvrière est toujours combattive. 
En 2015 les réformes se suivent, mais les luttes aussi ! 

Après les attentats de janvier, de nombreux musulmans et musulmanes ont été réprimé-e-s et les classes populaires sont étroitement encadrées par la police. Après les attentats, les appels à la délation, les gardes à vue pour un statut facebook ou une parole d'enfant en classe se sont multipliés sur tous les territoire. La nouvelle loi renseignement permettra à l’Etat Français de nous espionner en toute légalité. Sans précédent, cette réforme sécuritaire prévoit de permettre aux renseignements français d’agir sans contrôle sur le territoire français.
C'est parce que nous leur faisons peur qu'ils agissent ainsi.

Dans le public,les conditions de travail se dégradent avec les coupes budgétaires. Dans les collèges et lycées, profs et élèves revendiquent plus de moyens. A la BNF (Bibliothèque Nationale de France) le personnel d’entretien se bat pour ses conditions de travail. Idem dans plusieurs universités où le personnel biatos mène des luttes.  A Radio France, le personnel est resté 28 jours en grève.  A Yvetot, les postiers sont en grève depuis le 20 avril. Partout en France, la poste impose à ses salariés des réorganisations qui suppriment des postes et accélèrent les cadences.
Dans le privé, la classe ouvrière revendique des augmentations de salaires dans de nombreux groupes industriels. A Paris, le personnel sans-papier d’un salon de coiffure obtient leur régularisation suite à un conflit d’un an.
Il n’y a donc pas de fatalité ! Même si nous subissons des échecs, chaque lutte est une victoire, un rappel à la bourgeoisie de notre capacité à nous révolter !
 
Nous appelons donc à rejoindre les manifestations du Premier Mai. Il faut rappeler à la bourgeoisie que nous sommes nombreux/euses à lutter. Il faut s’attaquer à la politique du PS qui nous présente ses nouvelles réformes. Avec la loi Macron qui remet en cause le droit de se reposer le dimanche, les « socialistes » attaquent de plein fouet la classe ouvrière. 
 
C’est cette politique que nous devons dénoncer !
 
Ce Premier Mai c’est aussi une fête internationaliste des travailleurs/euses. Il doit être un Premier Mai anti-impérialiste. Ce doit être une manifestation de solidarité avec les migrant-e-s.
On ne compte plus les noyés entre l’Italie, Malte et l'Afrique. 
Cette situation, c’est la responsabilité de l’impérialisme français, qui est intervenu militairement en Libye, y apportant le chaos.
Aujourd’hui, ces mort-e-s par milliers en mer, c’est le résultat de cette guerre. De même que la guerre au Mali en a été une autre conséquence. 
La France est d’ailleurs présente militairement sur plusieurs autres territoires : en Centrafrique, en Iraq, etc.
L’Italie veut relancer une nouvelle intervention en Libye, et demande le soutien de l’Union Européenne. A l’OC-FR, nous disons non à la guerre en Libye.
L’Union Européenne est d’ailleurs une autre responsable de la situation. Schengen a organisé une Europe Forteresse, qui limite la liberté de circulation. Seul-e-s les bourgeois-e-s et les capitaux peuvent librement circuler. Ces mort-e-s aux frontières se sont heurté à cette politique européenne meurtrière, qui organise une chasse à l’homme et à la femme à l’échelle européenne, en traquant les migrant-e-s.

L'alternance est un évident échec. Mais il n'y a pas de force capable de proposer des perspectives révolutionnaires. Et une large partie des classes populaires choisis de faire front avec les capitalistes et beaucoup se tournent vers les partis ouvertement racistes et xénophobes. 
Le Front National a atteint des scores records aux dernières élections. 
En 2015, le FN gagne des cantons aux départementales dès le premier tour. Sur-médiatisé, sa banalisation dans le paysage politique est complète. 
Ce résultat, c’est l’échec des progressistes et des révolutionnaires, qui n’ont pas su relever la tête en 2014 et début 2015 pour organiser massivement les luttes. Il nous faut désormais y arriver, c’est notre responsabilité !
 
Ne perdons pas espoir !
Seule la lutte paye !
 
Tous-tes au Premier Mai !
Pour un premier mai de résistance

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost0

Publié le 22 Avril 2015

Loi renseignement : Un patriot Act à la française
 
Le gouvernement socialiste prend prétexte des attentats aux locaux de Charlie Hebdo pour promulguer sa loi renseignement, qui légalise les pratiques sur son territoire, de ses services de renseignements. Ecoutes téléphoniques, surveillance d'internet, de nos mails, etc... tout sera légalement fouillé, disséqué, volé. 
Le projet de loi qui sera bientôt voté nous apprend ce que nous réserve le projet de plan de flicage numérique  généralisé de l’Etat Français. En clair, il s’agit de repousser les limites juridiques afin de pouvoir contrôler les données informatiques, bancaires, téléphoniques, internet, de TOUTE la population (« plus de juges, écoutes et interceptions serons validées par une nouvelle instance administrative crée pour l’occasion, la CNCTR, sous la seule autorité du 1er ministre »). 
La stratégie affichée est d’observer et de contrôler tout le monde et de faire le tri ensuite. Une nouvelle arme de surveillance sera lancée, l’IMSI Catcher, qu’on peut déplacer comme une petite valise pour recueillir les données personnelles des téléphones et ordinateurs de tout un quartier.
 Le prétexte est fourni sur un plateau suite aux attentats de janvier : comme les frères Kouachi et Coulibaly auraient bénéficié de failles dans le système de renseignements, on ne voudrait pas que pareille chose se reproduise… On ne saurait tolérer de nouvelles attaques à la « liberté d’expression »… (La liberté d’expression de qui ? Quand le président Gabonnais Ali Bongo est reçu à la manif du 11 janvier 2015 à Paris, lui qui dans son pays persécute et assassine des journalistes progressistes…)
« pour traquer les terroristes 2.0, mais aussi ceux qui menace notre économie et la sécurité publique »
« infiltrer la forteresse internet, pour traquer les suspects dans les moindres recoins de la toile »
Sauf que derrière cette chasse aux terroristes ce sont tou-tes les militant-es qui s’opposent à la domination impérialiste de la France, tou-tes celles et ceux qui s’opposent à son projet de société capitaliste qui sont menacé-es. Et au delà, cibler et passer au peigne fin des quartiers entiers, c'est désigner comme des ennemi-e-s l'ensemble des habitants et habitantes des quartiers populaires et menacer leur vie privée.
L’Etat Français ne défend pas le modèle de société qui nous correspond, et qui, pire que lui-même, pourrait-il nous attaquer ? De qui plus de lui-même devrions-nous nous protéger ? N’est-ce pas ce même gouvernement PS qui a lancés des attaques dévastatrices sur le Droit du Travail, qui a ordonné l’expulsion de milliers de travailleurs sans-papiers avec leurs familles ? Qui protège les crimes de la police, de l'armée  ?
Cet état est à la solde des bourgeois, industriels et banquiers, néo-colonialistes et champions de la « sécurité ».
Les attentats de janvier sont le produit des contradictions internes à la société française. Tandis que certains et certaines se gavent des profits engendrés par l'impérialisme, d'autres vivent dans la misère et voient leur avenir bouché. La réponse de l'Etat français, pris dans la tourmente de la crise, c'est de resserrer ses griffes sur sa propre population.
Le savoir faire de l'Etat français en matière de contrôle de population est indéniable, savoir faire acquis en réprimant le peuples en lutte contre le système colonial. Population issue des anciennes colonies particulièrment visée par le resserement du contrôle policier.
Equipement et techniques policières sont aussi un marché sur lequel l'Etat français tient à conserver son rang : elle vend aux gouvernements à sa solde techniques et matériel et s'assure des alliés parmi les régimes les plus répressifs (Turquie, par exemple).
Sur nos lieux de travail, dans nos quartiers, dans les événements sportifs et culturels, informons-nous et luttons contre cette nouvelle loi liberticide.
 
Non à la nouvelle loi renseignement !
Etat français, Etat policier.
Riposte populaire !
Loi renseignement : un patriot act à la française

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Répression

Repost0

Publié le 18 Avril 2015

Non à la criminalisation du mouvement communiste !

Solidarité avec les classes populaires ukrainiennes !

 

Le pouvoir réactionnaire Ukrainien attaque les communistes et rend illégal le droit de se revendiquer communiste. Ce gouvernement anti-communiste, composé en partie de fascistes, mène une politique répressive intense depuis son accès au pouvoir. Cette politique est soutenue par l’Union Européenne. Le Parlement de l’Ukraine a voté une loi le 9 Avril 2015, qui met « sur le même pied l’idéologie de la barbarie nazie et le communisme ». Pourtant ce sont les communistes qui ont menés la lutte antifasciste face à la barbarie Nazie, et qui notamment en Ukraine, sur le front de l’Est, ont fait barrage au nazisme.

 

Les « productions et utilisations publiques » de symboles communistes sont donc désormais interdites. Le Parti « Communiste » Ukrainien (réformiste), assimilé à des « terroristes » est aussi menacé d’interdiction. Tout ceux/celles qui s’opposent à ce gouvernement sont immédiatement qualifié de « terroristes ».

Pour nous, les véritables terroristes ukrainiens, c’est pourtant ce gouvernement qui détient le pouvoir, et légitime sa violence sur les classes populaires par la force de l’Etat Ukrainien. Si nous ne soutenons pas la politique de cette organisation dite « communiste » et non-révolutionnaire, nous ne pouvons que condamner la répression qu’ils subissent. Nous observons ainsi les différentes étapes mises en place par le gouvernement de Kiev pour tenter d’éradiquer toutes résistances.

Or ce sont notamment les communistes qui résistent !

Mais partout où il y a répression, il y aura résistance, et ce ne sont pas par ces tentatives que la bourgeoisie ukrainienne réussira à annihiler l’idéologie révolutionnaire en Ukraine. La culture populaire y est fortement imprégnée par des références soviétiques. Il y a de nombreuses statues de Lénine, etc, vouées à être détruites par la bourgeoisie qui ne supporte pas ce rappel de la révolution. Cette révolution les hante, et est ce qu’ils/elles souhaitent à tout prix empêcher.

L'Ukraine est aujourd'hui l'un des point du globe où la concurrence inter-impérialiste fait rage. Les impérialistes occidentaux et russes cherchent à maîtriser ce pays tampon entre les deux blocs. Ils cherchent à renforcer les contradictions entre russophones et ukrainiens. Face à la barbarie impérialiste, l'héritage révolutionnaire montre une autre solution aux peuples urkainiens. Seule la révolution les libérera des capitalistes !

 

Par le même temps, l’état Ukrainien réhabilite des fascistes qui ont activement collaborés avec les SS pendant la seconde guerre mondiale. Les anciens de l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens se voient ainsi qualifiés de « vétérans », avec les avantages sociaux qui vont avec, alors que ce sont des anciens collaborateurs des Nazis et qu’ils ont participé à massacrer de nombreux juifs et entre 40 000 et 60 000 Polonais. Ils ont également activement combattus l’Armée Rouge et ont toujours considéré le socialisme comme leur pire ennemi. La lutte contre le communisme a été un des moteurs de la création de cette organisation fasciste.

 

Aujourd’hui ce sont certain-e-s des héritiers/ères de ce mouvement fasciste qui compose une partie de la bourgeoisie et de l’idéologie au pouvoir. Ce sont par exemple ceux/celles-là même qui en Mai 2014 ont massacrés des syndicalistes à Odessa. Le parti fasciste « Svoboda » intitulé « Union Panukrainienne Liberté », anciennement intitulé avant 2004 « Parti Social-Nationaliste d’Ukraine » participe activement à la coalition du Président Ukrainien, et se revendique de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens. Le Vice-Premier Ministre Ukrainien fait partie de Svoboda, avec cinq autres ministres ukrainiens, placés à des postes clés tel que la Défense.

 

Cette organisation homophobe, antisémite et russophobe continue à arborer publiquement le Wolfsangel, un blason utilisé par les adjudants des jeunesses hitlériennes, et plusieurs unités SA et SS. C’était également un symbole de la Werwolf, une unité combattante nazie sur le front Est qui s’est distingué par sa barbarie dans sa lutte anti-communiste. Svoboda est aussi l’organisation « soeur » du Front National en Ukraine.

 

Ce sont donc eux/elles qui participent à la politique nationale de l’Ukraine, rien d’étonnant à ce qu’ils/elles poursuivent leur lutte anti-communiste, en restant dans la lignée de ce qu’ils/elles ont toujours été.

A bas les fascistes ! Une attaque contre un.e seul.e est une attaque contre tous-tes ! Solidarité avec le peuple Ukrainien et vive le communisme !

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Ukraine, #International

Repost0

Publié le 18 Avril 2015

   Solidarité avec les réfugié-e-s Palestinien-ne-s et les peuples de Syrie !

 
L'état Islamique (Daesh), allié avec le Front Al-Nosra (qui revendique son affiliation à Al-Qaïda) attaque depuis le début du mois d'avril le camp de réfugiés Palestinien de Yarmouk, situé à 7 kilomètres de Damas en Syrie.
Ce camp de réfugiés a déjà subi deux ans de famine et de siège du régime syrien (avec la participation du Hezbollah libanais, de mercenaires Irakiens et des milices chiites iraniennes), et a payé lourdement la guerre civile.
Le camp a notamment été bombardé (officiellement par erreur) en Décembre 2012.
Aucune aide alimentaire et médicale ne peut y pénétrer. L'eau n'y est plus potable.
18 000 palestinien-ne-s vivaient dans ce camp avant l'attaque de Daesh. Une partie a fuit l'assaut.
C'était, jusqu'en 2011, le plus grand camp palestinien en Syrie (à l'époque 160 000 palestinien-ne-s y vivaient).
L'UNRWA (Organisation des Nations Unies) officiellement responsable du camp ne peut plus y entrer, ni le Croissant Rouge Palestinien qui distribuait une aide alimentaire.
Aujourd'hui, le camp est donc pris en étau entre d'un côté le siège du régime syrien, et de l'autre l'assaut de Daesh.
 
                        Vive la résistance Palestinienne !
 
A Yarmouk, c'est le groupe Aknaf Beït Al-Maqdess, issu du Hamas, qui organise la résistance palestinienne face à Daesh, et qui contrôle les derniers secteurs du camp non gagnés par l'EI et le Front Al-Nosra.
Plusieurs autres organisations palestiniennes sont en route par participer à la résistance.
Des combattants du Fatah, du FPLP-CG, du MJIP (Mouvement du Jihad Islamique en Palestine) et des Comités Populaires Palestiniens seraient déjà arrivés sur place.
Ces groupes palestiniens se sont accordés pour la création d'un centre opérationnel commun, pour coordonner les combats. 14 organisations palestiniennes se sont réunies le 8 avril à Damas pour préparer la contre-offensive palestinienne face à Daesh.
 
                                         A bas les fanatiques religieux de Daesh !
 
L'EI a pris le contrôle de l'essentiel du camp, et notamment de l'hôpital palestinien. Ils s'approchent du centre-ville.
Selon les dernières estimations de l'OLP (Organisation de Libération de Palestine), entre 3 000 et 6 000 palestinien-ne-s seraient coincé-e-s et doivent combattre.
Au moins 75 palestinien-ne-s seraient actuellement otages de Daesh à Yarmouk.
 
Daesh qui se fiche complètement du mouvement Palestinien et du conflit contre Israël, fait de son combat contre les chiites une priorité.
Pour Daesh, les Palestiniens, et notamment le Hamas, alliés avec le Hezbollah sont des "apostats" de l'Islam et des alliés du Chiisme.
Dans une vidéo de propagande diffusée par l'EI, des combattants de Daesh piétinent le drapeau palestinien et insultent la cause palestinienne. Ils décapitent les combattants qu'ils capturent et exhibent leurs têtes.
Comme dans le nord de la Syrie, où Daesh combat la résistance kurde, l'organisation s'en prend à Yarmouk aux forces de résistances anti-impérialistes et populaires. L'EI instrumentalise les religions pour diviser les peuples.
Daesh est l'ennemi des peuples de Syrie, et vise la destruction physique du peuple palestinien et mène des campagnes génocidaires contre les autres communautés (chrétiennes, kurdes, etc).
 
                Solidarité avec les forces armées palestiniennes !
 
Pour l'Organisation Communiste - Futur Rouge (OC-FR), nous devons prendre exemple de la lutte menée par les kurdes à Kobane, et nous soutenons l'unité des Palestiniens dans la résistance face à Daesh. C'est cette même unité qui sera un jour victorieuse face à Israël.
Nous appelons à rejoindre les mobilisations de soutien aux palestiniens pour exprimer notre solidarité. L'autorité Palestinienne, qui a signé un pacte de neutralité avec le régime Syrien, refuse de soutenir les interventions armées des groupes palestiniens.
C'est pourtant, comme le revendique la gauche palestinienne, cette unité armée des différentes factions palestiniennes, indépendamment du régime syrien, qui fera reculer Daesh à Yarmouk.
Du Hamas au FPLP, le peuple palestinien doit être uni derrière une même force armée dans les combats contre l'EI.
 
 
Comme à Kobane, faisons face à Daesh et infligeons leur une défaite !
Pour le retour des Palestinien-ne-s en Palestine ! S'il faut partir, c'est pour rentrer !
Vive la résistance Palestinienne !
Face à Daesh, pour une force commune palestinienne !
Solidarité avec les réfugié-e-s palestinienne-e-s et les peuples de Syrie

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Palestine, #Syrie, #International

Repost0