Solidarité avec les sinistré-e-s d'Aubervilliers !

Publié le 12 Juin 2014

Samedi 7 Juin, un immeuble d'habitation de 6 étages a pris feu à Aubervilliers, faisant trois morts, dont une femme enceinte.
Cet immeuble, laissé à l'abandon par ses propriétaires, un frère et une sœur, était très dégradé et avait déjà pris feu il y a plus d'un an, faisant trois morts.
Nous tenons avant tout à affirmer notre solidarité aux sinistré-e-s et aux familles des victimes.
Nous sommes également en colère, comme les sinistré-e-s, du mépris dans lesquels on les tient. Mépris des pompiers, qui n'ont pas aidé à évacuer les habitant-e-s prisonniers de l'immeuble. Mépris de la préfecture qui n'a pas daigné se déplacer. Mépris de la mairie Front de Gauche, qui a refusé de recevoir les sinistré-e-s lundi, dont un adjoint a déclaré au téléphone que « c'était le destin ».
 
 
Non, ce n'est pas le destin. Personne ne meurt dans un incendie dans le XVIème arrondissement. Ce n'est pas le destin qui fait que des propriétaires laissent pourrir leur immeuble, tout en encaissant les loyers – élevés, bien sûr -, en attendant qu'il brûle pour toucher l'assurance et revendre le terrain en réalisant une jolie plus value. 
Ce n'est pas le destin qu'après un incendie faisant trois morts, rien n'aie été fait pour reloger les habitant-e-s, rien n'aie été fait pour améliorer les conditions de sécurité.
Un enfant de 12 ans a été mis en examen pour avoir incendié une poussette. Mais sa responsabilité est-elle plus importante que celle de ceux qui ont créé les conditions de cet incendie ?
Le fait est que la vie de prolétaires, souvent immigré-e-s, ne vaut pas grand chose pour la mairie, la préfecture, les propriétaires, par mépris de classe, racisme et intérêts économiques. 
Dans toute la banlieue parisienne, ceux qui se prétendent de notre côté, le front de gauche, démontrent de quel côté ils sont. Expulsions de roms, de mal logé-e-s, de foyers, abandon de celles et ceux qui ont été expulsés à cause de la vétusté de leurs immeubles, qui ont dû fuir suite à des incendies. L'intérêt de l'Etat et des mairies est le même que les intérêts économiques des patrons du BTP et des propriétaires des immeubles vétustes de la banlieue parisienne. 
Tout raser pour construire des immeubles de bureaux et à destination de la petite bourgeoisie. Tant pis pour les classes populaires.
Nous ne pouvons que compter sur la solidarité. Les habitant-e-s de l'immeuble se sont aidé-e-s les un-e-s les autres à évacuer l'immeuble, la solidarité s'est mise en place dans le quartier. Tant d'entre nous, en banlieue parisienne, subissent le mal logement, la peur des incendies, la promiscuité, l'insalubrité, la peur de se retrouver à la rue. Nous avons un intérêt contraire à celui des mairies, de l'Etat, des propriétaires et des patron-ne-s du BTP. Nous devons nous serrer les coudes et nous organiser pour lutter pour notre droit à un logement décent et à la sécurité.
 
Les mairies Front de Gauche ne veulent rien entendre? Seule la lutte paye!
Relogement des victimes tout de suite !
Des logements décents pour tous-tes !
 

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost 0
Commenter cet article