Soutien au Chez Rita

Publié le 9 Juillet 2013

Chez Rita à la Guille, expulsion immédiate en vue : on n’en restera pas là

Depuis sep­tem­bre der­nier 2 allées mitoyen­nes d’un immeu­ble appar­te­nant au CCAS (centre com­mu­nal d’action sociale) de la ville de Lyon ont été occu­pées au 1 bis du repos Lyon 7ème par une ving­taine de per­son­nes. Rapidement rejoin­tes par des famil­les ,ami-es en dif­fi­culté de loge­ment, per­son­nes à la rue sans solu­tion d’héber­ge­ment ; chez Rita compte aujourd’hui plus de 7O habi­tant-es. (le chif­fre atteint même la cen­taine en comp­tant les famil­les accueillies en urgence suite à l’incen­die de l’usine rue Audibert Lavirotte et à l’expul­sion du 52 rue Montesquieu)

Au delà du squat d’habi­ta­tion, Chez Rita compte aussi un free-shop fri­pe­rie- biblio­thè­que info kioske , une salle de pro­jec­tion, ate­lier-concert, ainsi qu’un espace Trans-pédés-goui­nes, et pro­pose soi­rées de sou­tiens, concerts, ate­liers etc. Gratuitement et/ou à prix libre.

Des ren­contres avec Le CCAS avaient été faites dans un but d’éviter une pro­cé­dure et d’arri­ver à un accord quant à l’occu­pa­tion des lieux . Le CCAS a refusé tout bail pré­caire et accord amia­ble en pré­tex­tant un projet de loge­ments dits sociaux avec Habitat et Humanisme.

Les tra­vaux quant a la réha­bi­li­ta­tion de l’immeu­ble ne devraient pas com­men­cer avant le prin­temps 2014 selon leurs dires. De plus aucune demande de permis de cons­truire n’a été dépo­sée à ce jour. Selon le CCAS et Habitat et Humafric, nous sommes un obs­ta­cle à la réa­li­sa­tion d’un projet social, car tant que nous occu­pons l’immeu­ble Habitat et Humanisme refuse de signer le bail emphy­téo­ti­que (de 50ans pour 1 euro sym­bo­li­que) pro­posé par le CCAS. Quelles sont les inten­tions réel­les d’Habitat et Humanisme ? Spéculation immo­bi­lière ? Alibi du grand Lyon pour virer des squat­teur-euses ? ou aide au relo­ge­ment de per­son­nes en situa­tion de pré­ca­rité ?

Rappelons quel­ques expul­sions moti­vées par l’inter­ven­tion d’Habitat et Humanisme. L’année der­nière deux squats de Vaise ont étés expul­sés dans des temps records car l’asso­cia­tion y avait soit disant des pro­jets urgents de loge­ment social. Dans le cas du squat rue Marietton, les occu­pant-es se sont entendu-es dire lors du procès qu’illes empê­chaient des famille de passer les fêtes de fin d’années au chaud , H et H avaient à l’appui une liste de noms de per­son­nes devant y être relo­gées. Aujourd’hui le squat rue Marietton est vide. Depuis un an, rien n’a été engagé, hormis les cir­cuits d’eau et d’électricité mas­sa­crés pour éviter une nou­velle occu­pa­tion. Un secré­taire d’H&H nous avait par ailleurs avoué au télé­phone que l’adresse rue Marietton ne figu­rait même pas dans les pro­jets ave­nirs et que lui même ne connais­sait pas cette adresse.

Un autre squat de Vaise abri­tant 70 per­son­nes dont de nom­breux enfants s’est également fait expulsé au nom de l’urgence sociale en sep­tem­bre der­nier : aujourd’hui tou­jours RIEN si ce n’est des portes Sitex cen­sées empê­cher tout réin­ves­tis­se­ment des lieux,« portes qui géné­ra­le­ment sont louées men­suel­le­ment avec de l’argent public ».(le site inter­net de sitex est d’ailleurs très drôle à consul­ter, on vous le conseille) Ce ne sont que quel­ques exem­ples pio­chés parmi les plus récents. Dans l’his­to­ri­que des squats lyon­nais les inter­ven­tions d’Habitat et Humanisme en faveur de l’expul­sion des occu­pant-e-s revien­nent sou­vent.

Pour la p’tite info : Habitat et huma­nisme a été fondé en 85 par un agent immo­bi­lier qui s’est par la suite rangé dans les ordres : le prêtre Bernard Devert est main­te­nant membre du Haut Comité pour le loge­ment des per­son­nes défa­vo­ri­sées et a été promu membre de la légion d’hon­neur par Sarko en jan­vier 2009. Miam miam...

Pour en reve­nir à Chez Rita ; les per­son­nes en dif­fi­cultés de loge­ment ne doi­vent pas ren­trer dans les cri­tè­res de MR Devert ni de Mr le juge : enfants en bas âges, famil­les avec des nour­ris­sons, femmes encein­tes, parent-e-s isolé-e-s, cho­meur-euses, étudiant-e-s, RSistes, galé­rien-ne-s, mili­tant-e-s de tous âges sont désor­mais exposé-es à une expul­sion immi­nente sans aucun délai pour se retour­ner.

NOUS N’EN RESTERONS PAS LA : NOUS RESISTERONS.

Nous pro­po­sons une bouffe dis­cus­sion le ven­dredi 12 Juillet à partir de 18h Venez avec vos pro­po­si­tion d’évènements :soi­rées, ate­liers, pro­jec­tions, etc... Pour faire vivre ce lieu jusqu’à l’expul­sion.

Ou venez nous ren­contrer lors des per­ma­nen­ces du Free-shop (Canaillerie) les diman­ches de 12h à 17h et mer­cre­dis de 14h à 18h.

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #lyon, #Squatt, #Répression

Repost 0
Commenter cet article

... 20/09/2013 15:57

Bon débarras !!!!!!

Jacky 09/07/2013 16:03

Ah la bon vieil 'humanisme' catho bien typique de notre bonne ville de Lyon... Peut être comptent-ils y installer un bordel pour pédoph... pardon, une école pour enfants de chœur.