Solidarité avec les migrant-e-s, la lutte continue, face aux flics et aux fascistes, résistance

Publié le 18 Juin 2015

Solidarité avec les migrant-e-s : la lutte continue !

Face aux flics et aux fascistes : Résistance !

 

A Paris, les migrant-e-s ont défilés avec leurs soutiens, mardi 16 Juin.

La résistance continue, et les ancien-ne-s de La Chapelle occupent désormais le jardin municipal d'Eole.

Pendant ce temps, le camps d'Austerlitz est toujours debout.

Les migrant-e-s ne baissent pas les bras. Chaque jour, une nouvelle AG organise la suite de leur mobilisation.

Chaque jour de nouveaux rassemblement de soutien ont lieux. La solidarité s'exprime à toute heure du jour au camps, pour ceux et celles qui viennent y apporter leur aide.

 

Cette résistance est plus forte que la pression policière. Les humiliations, les traques, les interpellations qui sont le quotidien que la Police impose à ceux et celles qui luttent et qui refusent cette situation, ne sont rien face à notre solidarité.

 

Ce mercredi 17 Juin, Cazeneuve, le ministre de l'intérieur a annoncé un plan sur la prise en charge des migrant-e-s en France. Pour nous, ce plan ne répond en rien aux revendications portées par leur lutte.

Le gouvernement annonce créer 4 000 places d'hébergements pour les demandeurs d'asiles, 5 000 pour les réfugiés et 1 500 pour les hébergements d'urgence. Pendant ce temps, combien resteront à la rue? En outre, nous savons ce que nous pouvons attendre de l'Etat : des centres qui servent à trier, contrôler, surveiller, faciliter l'expulsion des migrant-e-s.

Ces mesures ne règlent en rien la situation catastrophique. Ce que nous revendiquons c'est la liberté de circuler, la régularisation de tous et toutes, et un logement pour chacun-e-s.

 

Parallèlement à l'annonce de ce plan, c'est aussi la promesse d'expulser les autres, et ceux et celles du jardin d'Eole de façon imminente. Nous devons donc tous-tes rester vigilant !

 

Solidarité anti-impérialiste, solidarité anti-fasciste !

 

Nous ne sommes pas dupes. Pendant que les impérialistes européens préparent leur discours anti-immigrés, la France a pris de l'avance. Comme l'Italie, Schengen a mandaté la France pour repousser et réprimer les migrant-e-s.

Pendant que les prolétaires et que les migrant-e-s restent coincés aux frontières, l'Union Européenne organise la libre circulation des capitaux, des marchandises et des bourgeois-e-s. Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.

 

Pour relayer son discours xénophobe, la bourgeoisie française a des relais politiques.

Du PCF à l'extrême droite, ils/elles sont nombreux/euses à se mettre d'accord pour nier la responsabilité de l'impérialisme français dans les territoires dominés, déstabilisés, pillés, divisés et en guerre par notre faute, et que fuient nombre des migrant-e-s.

Les organisations fascistes sont là pour faire le coup de poing, et servent aussi à pallier la police et l'armée, lorsqu'ils ne peuvent plus agir en toute impunité pour réprimer ouvertement.

Dimanche 14 Juin, le Bloc identitaires, organisation proche du FN, a manifesté à Menton contre la présence des migrant-e-s qui luttent pour leurs droits. Mobilisés contre l'immigration, un de leur thème cher, les identitaires fantasment sur un "grand remplacement" de population.

Dangereux et violents à l'égard des migrant-e-s, ces fascistes sont une menace physique qu'il nous faut combattre par tout les moyens !

Les militant-e-s de l'OC-FR feront tout pour combattre ces groupes et leur idéologie.

 

Dans cette région, où le FN s'implante de plus en plus, et s'allie régulièrement avec les identitaires (c'était le cas aux élections départementales), il n'était pas nécessaire de les attendre pour voir les réactionnaires s'agiter.

L'UMP faisait déjà le sale boulot sans s'en cacher, et avec élan.

Les idées racistes, sexistes et homophobes y sont très largement et ouvertement diffuses.

Ils n'ont donc pas eu besoin des identitaires qui malgré leurs actions ne sont que le reflet d'une réalité sur ce territoire, mais ils se banalisent dans cet environnement.

Les Alpes-Maritimes est un laboratoire des politiques les plus dures de la droite. Terre considérée acquise à Sarkozy et à la "droite forte", le département y met en place une politique anti-sociale et sécuritaire.

Le département voisin, le Var a vu l'élection d'élus frontistes. Dans les mairies, ils mettent en place la préférence nationale, à travers ce qu'ils nomment la préférence communale, une mesure raciste et illégale, pourtant appliquée en toute impunité.

A Cogolin par exemple, le maire FN attribue les logements sociaux sur des critères de préférence "communale".

 

Frontalier avec l'Italie, le territoire est une porte d'entrée de l'immigration qui n'y fait majoritairement que passer pour évoluer vers le nord.

Les politiques y ont placé au centre de leur répression les migrant-e-s. Le 12 Juin, le préfet y avait d'ailleurs annoncé l'interpellation de 1 500 d'entre eux/elles.

Nous appelons à s'organiser dans les mouvements et collectifs de sans-papier, dans les syndicats et dans les actions antifascistes pour organiser la résistance.

Les progressistes et les révolutionnaires doivent se regrouper et s'organiser pour combattre la bourgeoisie !

Pour l'OC-FR, la solidarité avec les sans-papiers c'est une lutte de classe, internationaliste, anti-impérialiste et anti-fasciste.

 

Renvoyons les fascistes dans les poubelles de l'histoire !

Solidarité avec tous-tes les migrant-e-s !

Solidarité avec les migrant-e-s, la lutte continue, face aux flics et aux fascistes, résistance

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Antifascisme, #Anti-impérialisme, #Répression, #Sans-papiers

Repost 0
Commenter cet article