Retraites : les jeunes en première ligne

Publié le 24 Août 2013

Réforme des retraites: les jeunes en première ligne!

L'histoire ne se répète pas, elle bégaie, disait Marx. Nous voilà face à un bégaiement de l'histoire. Un gouvernement toujours au service des mêmes; le MEDEF, les capitalistes. Le même modèle de réforme: travailler plus longtemps, encore et toujours. Avec un ou deux "aménagement" pour les carrières pénibles pour mieux faire passer la pilule et nous diviser en mettant au pilori des "avantages" de certains métiers, histoire de nous diviser. Certains syndicats signeront immédiatement la réforme, tandis que d’autres tenteront de canaliser notre colère en organisant à nouveau deux ou trois grandes manifs-défilés qui feront de belles images mais qui ne feront pas reculer le gouvernement. En 2010, c'est le blocage des raffineries qui a failli faire reculer le gouvernement, pas des slogans et des banderoles. Pour vaincre cette fois-ci, nous devrions faire mieux en généralisant le mouvement.

Les mêmes arguments; "vivre plus longtemps = travailler plus longtemps", "impossible de faire autrement pour sauver le système de retraite". Ils ne pensent pas, ces ballots, que c'est justement parce qu'on travaille moins longtemps qu'on vit plus longtemps. Le même patronat qui en veut toujours plus, plus, plus. Ils n'auront pas de repos tant qu'il restera encore quelque chose de notre système social, conquis de haute lutte par nos aînés et aînées.

Nous ne voulons pas de leur logique bourgeoise. Nous ne voulons pas être rentables, corvéables, lécher la main qui nous frappe. Nous ne voulons pas nous tuer au travail pour le seul bénéfice des patrons et des actionnaires. Nous ne voulons plus être divisés entre "salariés du privé" et "fonctionnaires", entre Nous, lycéens et lycéennes, futurs étudiants, futurs travailleurs. Nous voulons une Éducation critique, populaire et émancipatrice. Nous ne voulons pas être considérés comme des futurs produits du marché du travail. Nous ne voulons pas des petits boulots au noir ou déclarés mais toujours mal payés que nous serons obligés de faire dans quelques mois ou quelques années. Nous ne sommes pas une marchandise mais des futurs travailleurs.

Nous sommes conscients et conscientes que nous sommes de futurs travailleurs, et que cette réforme nous concerne aussi, directement. La retraite, elle ne nous concernera pas seulement quand nous aurons 65 ans (s’il existe encore une retraite!), elle nous concerne là, maintenant. Le chômage frappe plus durement chez les jeunes que chez le reste de la population, et cette réforme va aggraver cette situation. Il serait logique de partager le travail entre tous, et pas de laisser une partie des travailleurs trimer jusqu'à la mort alors que l'autre s’enfonce dans le chômage. Mais le capitalisme ne connaît que la logique du profit. Le chomage permet aux capitalistes d'agiter le spectre du chômage et de la misère pour obliger ceux qui ont un job à tout accepter sans broncher: les cadences et les horaires, la baisse des salaires, la "flexibilité", la fin du SMIC.

Nous ne voulons pas de cette réforme des retraites proposées par un gouvernement soit-disant de gauche, qui trahit les travailleurs!

Etudiants, lycéens, travailleurs: mêmes intérêts de classe, mêmes luttes!

Le 10 septembre, bloquons, manifestons, soutenons les camarades grévistes, aussi longtemps que cela sera nécessaire! La réforme nous concerne directement, nous, lycéens, étudiants, jeunes travailleurs précaires! Défendons nos intérèts face à l'offensive de la bourgeoisie!

Retraites : les jeunes en première ligne

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost 0
Commenter cet article