Face aux descentes de flics, aux expulsions, solidarité populaire

Publié le 10 Juin 2015

 
Face aux descentes de flics, aux expulsions : solidarité populaire !
Non aux expulsions Porte de la chapelle !
 
Des migrant-es qui ont récemment traversé la Méditerranée en provenance de nombreux pays s’étaient regroupé-es en plusieurs campements précaires Porte de la chapelle au Nord de Paris. Alors qu’ils survivent dans un état de misère insupportable, la Police ne cesse de les harceler, de les traquer comme du gibier.
L’un de ces campements les plus importants étaient rue Pajol, les forces de l’ordre bourgeoises et racistes y ont fait une descente le lundi 8 juin dernier : la majorité des migrant-e-s a été arrêtée et enfermée dans deux centres de rétention à Vincennes et Massy Palaiseau. 
Celles et ceux qui ont pu y échapper se cache dans le jardin d’une association, sans toit, pour la plupart sans rien à se mettre sous la dent. 
Leurs revendications sont simples, clairs, et des plus légitimes : une solution de logement durable qui leur permettent de rester groupé-es. En effet, déjà isolé-es, ils ne veulent pas se retrouver séparés les uns des autres dans différents hôtels. 
Ils disent être là pour chercher à travailler honnêtement, vivre décemment et payer leurs impôts. En fait ils ne demandent rien d’autre que de tenter leur chance dans un pays impérialiste comme la France, un des pays qui pillent les leurs et laissent la population sans ressources ni opportunités.
Cette France, dont les politiques vont "pleurer" devant les médias sur le sort des noyé-e-s de la Méditerranée, chasse et traque les survivant-e-s. Cette cynique hypocrisie orchestrée à l'échelle internationale est l'oeuvre des pays impérialistes. 
L'Union Européenne s'est organisé avec Schengen pour coordonner cette chasse aux migrant-e-s. Ceux/celles de Porte de La Chapelle en sont des victimes parmi les millions qui subissent chaque année la loi des impérialistes.
 
Heureusement, ces migrants n’ont pas trouvé que la police, les expulsions et le mépris Porte de la chapelle. Beaucoup ont pu compter sur la solidarité des habitant-e-s du quartier, les mêmes qui sont venus nombreux à une manifestation de solidarité le lendemain des expulsions de masse, le mardi 9 juin. 
Des militant-e-s de partis bourgeois à la gauche du PS jusqu’à des formations révolutionnaires et progressistes étaient présents. Un solide cordon de policiers a tenté d’arrêter la manifestation mais ils ont dû battre en retraite. Désormais la solidarité avec les migrant-e-s s’organise au quotidien.
Nous soutenons l'organisation des migrant-e-s qui tentent de prendre en main leur lutte. Certains partis et associations veulent les prendre en charge avec une approche humanitaire, et dépolitiser leur lutte. Mais la lutte des migrant-e-s c'est une lutte politique, et c'est leur lutte ! Notre solidarité n'est pas humanitaire mais de classe !
L'OC-FR appelle à participer aux différentes initiatives de solidarité. Une collecte est organisée au jardin du Bois Dormoy où dorment désormais les migrant-e-s. Venez y apporter des biens de nécessités, brosses à dents, dentifrice, nourritures, etc. 
Une collecte de soutien financier aussi tourne. 
Les manifestations se poursuivent également à 18 heure rue Pajol à Porte de la Chapelle. Soyons nombreux-euses !
Liberté de circuler !
Un logement pour tous-tes !
L'OC-FR
Face aux descentes de flics, aux expulsions, solidarité populaire

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Sans-papiers, #Répression, #Paris

Repost 0
Commenter cet article