Communiqué en réponse au communiqué du ROCML "Carhaix et Quimper, deux manipulations"

Publié le 26 Novembre 2013

Camarades,

Nous ne reconnaissons pas notre position dans la description que vous en faites dans ce communiqué. Vous dénoncez le fait que pour nous, des actions violentes seraient le critère de l'indépendance du prolétariat. Nous savons que des mouvements de masse bourgeois et réactionnaires peuvent utiliser la violence, comme nous l'avons hélas expérimenté dans notre pratique antiraciste, antifasciste, anti-homophobe, anti-lesbophobe, anti-biphobe et anti-transphobe. En outre, nous sommes d'accord avec vous. Comme nous l'écrivions, "à Quimper comme à Carhaix, il n'était pas question d'un camp autonome du prolétariat. En effet, l'indépendance de classe ne se résout que par la construction d'une organisation politique défendant fermement une position de classe. Sans lui, les syndicats sont laissés sous la domination idéologique de la bourgeoisie, de même que les masses prolétariennes, forcées par la dureté de la vie de répondre à leurs intérêts immédiats, ne peuvent être amenées à la conscience de leurs intérêts véritables. Seul le parti du prolétariat, un parti communiste révolutionnaire qui se bat pour le renversement de l’état bourgeois et pour la socialisation des moyens de productions peut emmener les masses à ce niveau de conscience."

Votre position est que le prolétariat doit créer son parti avant de s'engager dans la moindre, alliance. Nous sommes d'accord pour minimiser dans ce cadre le rôle des alliances avec le patronat breton, petit ou grand, contre le patronat français. Notre rôle était de " faire émerger, au milieu de ce mouvement, la position du prolétariat. Cette position est que les patron-ne-s n'ont pas attendu l’écotaxe pour licencier, qu'il faut refuser de marcher derrière celles et ceux qui vous licencieront plus tard, mais au contraire lutter et s'organiser pour défendre ses intérêts de travailleurs et travailleuses, en toute indépendance de classe. S'organiser en tant que prolétaire, c'est ne plus avoir sa vie entre les mains du patron, c'est se doter des moyens de résister et de vaincre."

Néanmoins, que le prolétariat ne soit pas tout seul à manifester et qu'il ne s'exprime que de façon embryonnaire, ne doit pas empêcher de s'y rendre. Vous fantasmez un mouvement prolétarien pur. Or, comme l'écrivait Lénine : "Croire que la révolution sociale soit concevable sans insurrections des petites nations dans les colonies et en Europe, sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c'est répudier la révolution sociale. C'est s'imaginer qu'une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu'une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l'impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale ! C'est seulement en procédant de ce point de vue pédantesque et ridicule qu'on pouvait qualifier injurieusement de "putsch" l'insurrection irlandaise. Quiconque attend une révolution sociale "pure" ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n'est qu'un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu'est une véritable révolution."

Pour nous, les griefs que la CGT Damen à l'encontre l'UD du Finistère sont justes, et nous vous les adressons à vous aussi : :

"OUI, VOUS AURIEZ DE L’ETRE À QUIMPER AVEC TOUT LE MONDE.
OUI ? VOUS AURIEZ DU FAIRE PASSER VOTRE MESSAGE A LA FOULE.
OUI ? VOUS AURIEZ DU PRENDRE LA TETE DU COTEGE POUR COUPER L’HERBBE  SOUS LE PIED DU MEDEFF ET DE CES MEGALOS DE LA FNSEA.
"

Votre position est une position anti-pratique. Nous voudrions bien savoir comment vous pensez construire le parti si vous refusez de participer à tout mouvement qui ne soit pas purement prolétarien. D'ailleurs, étant donné l'influence de la bourgeoisie sur le mouvement ouvrier, le rapport dialectique entre le prolétariat et les autres classes se pose de façon systématique. De plus, c'est aussi en se positionnant par rapport à d'autres classes que le prolétariat accède à une conscience révolutionnaire, en prenant conscience de leur articulation et de la place qu'il occupe au sein de la société capitaliste. Vous pensez voir le Parti émerger comme un diamant pur, en dehors du feu de la lutte des classes réelle.

Nous apprécions néanmoins que par écrit vous vous absteniez de traiter celles et ceux qui sont allé-e-s manifester à Quimper de "fascistes rouges", propos tenus par l'un de vos militants à l'une de nos camarades. Nous même ne nous laissons pas entraîner par le subjectivisme et vous adressons nos salutations révolutionnaires.

 

PCMF-OCFR

Communiqué en réponse au communiqué du ROCML "Carhaix et Quimper, deux manipulations"

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost 0
Commenter cet article