Articles avec #allemagne tag

Publié le 18 Janvier 2016

Agressions du réveillon : halte à la récupération raciste ! Contre les violences faites aux femmes, autodéfense féministe !
 
Nous, militant-e-s de l'OC-FR, souhaitons apporter notre soutien aux femmes victimes d'agressions et de viols lors du réveillon en Allemagne et notamment à Cologne.
Des centaines de femmes ont été agressées aux abords de la gare de Cologne la nuit de la saint Sylvestre. La police a été critiquée pour son manque de réactivité. Les fascistes allemands accusent les réfugiés d'être à l'origine des agressions qui auraient été planifiées.
 
Nous mêmes avons l'expérience de ce genre de situation. Nous nous étions mobilisés à Lyon suite à des viols en série objets d'une récupération raciste par les fascistes lyonnais. Aujourd'hui, plusieurs semaines après, le défoulement médiatique continue contre les réfugiés.
 
La violence contre les femmes est un outil de répression patriarcale.
 
Oui, ces attaques étaient planifiées.
Lorsque des hommes sortent faire la fête, chercher des femmes fait partie de leurs objectifs et de leurs attentes.

Pour ces prédateurs, les femmes ne sont pas actrices de la fête. Elles sont des objets à consommer, au même titre que l'alcool. Si elles sont dans l'espace public, à fortiori dans un moment festif, elles sont disponibles. 
Lorsqu'ils sont en groupe, dans un espace public où ils retrouvent d'autres groupes masculins, ils se sentent renforcés et ont des objectifs et attentes supérieurs, conformément à leurs moyens supérieurs.
Cette façon masculine de faire la fête dans l'espace public sur le dos des femmes est commune à toutes les sociétés patriarcales.
 
Elle est une pratique d'autant plus commune aux hommes des pays impérialistes habitués à avoir tous les droits sur celles et ceux auxquels ils assignent une place sulbaterne dans la société. Les viols collectifs sont là pour réaffirmer cette impunité masculine et impérialiste. Ces temps festifs sont des temps de terreur. S'attaquer aux femmes et enfants des pays dominés est un moyen d'attaquer l'ensemble de la société jusque son intimité et de la déstabiliser. Les femmes des pays dominés sont dans des pays dont la place dans la division internationale du travail est le tourisme assignées à la prostitution, on les importe dans les pays impérialistes pour y assurer les mêmes tâches.
Les pratiques dont sont accusés les réfugiés sont le miroir des pratiques barbares des hommes des pays impérialistes.
Ce que mettent en avant les fascistes allemands, c'est une guerre dont le corps des femmes serait l'un des terrains, un objet de conquête. Ce ne sont pas les femmes allemandes qu'ils défendent, mais leur propriété sur elles.
 
Rappelons que les réfugié-e-s ont fui un pays en proie à une guerre fomenté par les impérialistes et où oeuvre une organisation réactionnaire qui commet des viols et réduit en esclavage les femmes, beaucoup sont traumatisé-e-s suite aux tortures dont ils ont été victimes. La guerre qu'il y a, sur le sol allemand, c'est la guerre que mène le patriarcat en Allemagne contre les femmes qui y vivent.
 
État et fascistes au service du patriarcat
 
Nous ne comptons ni sur les fascistes ni sur les institutions pour assurer la sécurité des femmes.
 
En effet, l'état est là pour permettre aux dominant-e-s de conserver leur pouvoir. Il n'intervient que lorsque les exactions contre les catégories de la population victimes d'oppression devient une menace elle même contre ce pouvoir.
 
Les agressions du nouvel an paraissaient normales à la police car elles font partie des violences acceptables contre les femmes. Il a fallu pour qu'elles ne le soient pas que des primo arrivants soient accusés de s'être attaqué à la propriété des hommes allemands. Il a fallu que le nombre de violences dépasse un seuil acceptable pour qu'elles soient condamnées, car un niveau normal de violence l'est tout à fait, acceptable. Il a fallu une mobilisation des victimes.
 
La plupart du temps, l'Etat se contente d'exercer des violences contre les catégories de la population opprimées et / ou exploitées. Ainsi, les policiers commettent des agressions et viols contre les femmes migrantes, prostituées, prévenues. La justice réprime les femmes qui tentent de se défendre face aux violences patriarcales.
 
Nous, communistes, ne considérons pas qu'il existe un seuil acceptable de violences patriarcales. Nous ne considérons pas un système économique, social et politique qui asservit les femmes comme acceptable. Nous le considérons obsolète, à détruire.
Le capitalisme et le patriarcat pourrissant engendrent des violences insupportables. Les fascistes défendent cet ordre capitaliste et patriarcal.
Ils promeuvent une société où les femmes restent à la place que le patriarcat leur assigne, à la maison, à la cuisine. Ils agitent les agressions commises à Cologne pour expliquer aux femmes que sortir est dangereux. Or, la plupart des agressions commises contre les femmes le sont dans l'espace privé, par leur conjoint. Dans 85% des cas les femmes connaissent leur agresseur et 60% des viols ont lieu au domicile de la victime. Ce qui est le principal danger, pour les femmes, ce sont les rapports de soumission qui s'exercent dans l'espace domestique.
 
Les fascistes se battent pour une société où les femmes sont livrées pieds et poings liés aux hommes et où leur corps leur appartient, où l'on passe de la tutelle paternelle à celle du mari, où l'on a aucun contrôle de son corps par la contraception ou l'avortement.
 
 
Ils agressent les femmes racisées, ils agressent les militantes, ils commettent des agressions sexuelles et des viols contre elles.
Des milices fascistes représentent un grand danger pour les femmes.
Nous ne pouvons compter que sur les femmes elles mêmes et leur solidarité pour être en sécurité. Sortir de l'isolement dans lequel les maintient le patriarcat, créer des solidarités, s'organiser, répondre aux violences, manifester, lutter, entre femmes, voilà quelle est la voie à suivre.
A Lyon, en 2011, avec les femmes d'autres organisation, nous avions repoussé les fascistes et la police lors d'une manifestion en non mixité.
Nous soutenons l'organisation des femmes en non mixité. Nous soutenons les féministes. Nous connaissons la violence de la répression sexiste contre les féministes. Nous considérons que la vie des femmes compte. Les violences et crimes sexistes sont des actes antagoniques et refusons de considérer que leurs auteurs font partie de notre camp.
 
Nous appelons à la solidarité avec les migrant-e-s, à la solidarité avec les victimes de violences sexistes.
Agressions du réveillon, halte à la récupération raciste ! Contre les violences faites aux femmes, autodéfense féministe

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Féminisme, #Répression, #Antifascisme, #Allemagne, #Sans-papiers

Repost 0

Publié le 20 Mai 2013

SOLIDARITE AVEC DENIZ. K

 

Vous avez sans doute entendu parler du procès qui se tient en Allemagne en ce moment, le procés de Beate Zschäpe et de 4 autres militants néo-nazis du NSU ( Mouvement clandestin National Socialiste). Ces fascistes sont responsables du meurtre de 10 personnes, dont 8 membres de la communauté turque immigrée.

Cette organisation, loin d'être isolée politiquement, a reçu l'appui de centaines de personnes. Que de tels crimes puissent avoir eu lieu est révélateur du racisme d'Etat, pour qui la vie d'un travailleurs immigré vaut si peu qu'elle ne mérite pas d'enquête. En outre, nous pouvons nous interroger sur les complicités que peuvent avoir reçus les néo-nazis en interne à l'Etat, et particulièrement de ses forces de l'ordre.

Nous ne connaissons pas encore ce que sera l'issue de ce procés, mais ce dont nous somme sûrs et sûres c'est que Beate Zchäpe servira de fusible. On la désignera comme psychologiquement instable, on décrira leurs actions comme un phénomène isolé. Alors que l'activité criminelle de ce groupe était révélatrice du développement de la réaction en Allemagne, produit de la politique menée par la bourgeoisie, le patronat et les dirigeants politiques allemands.

 

A coté de cela, l'Etat Allemand à arrété le 21 Avrl 2012 Deniz K, jeune miltant antifasciste turc. Son crime ? Suite à la révélation publique de ces assassinats, la communauté turque s'est mobilisée contre le racisme dont elle est la première cible en Allemagne. Deniz K a participé à des manifestations et est aujourd'hui accusé de tentative de meurtre contre les flics. Incarceré, il risque 5 ans de prison.

 

Alors que l'Etat a laissé faire pendant des années le NSU, il réprime les militants qui luttent pour libérer la classe ouvrière de l'exploitation. Le camarade Deniz risque aujourd'hui des années de prison pour avoir fait face à celles et ceux qui ont assassiné des travailleurs immigrés de sa communauté.

 

Police et justice sont liées pour s'en prendre à un militant antifasciste. Ni la Justice, ni la Police ne sont des forces indépendantes. Elles sont là pour appliquer l'intérêt du patronat.

 

Dans l'Etat français, également, les forces réactionnaires se mobilisent, comme il y a peu sur l'homophobie et on assiste au développement de groupes fascistes. Il est indéniable que la police, la justice, le ministère de l'intérieur ont été bien indulgents avec la bourgeoisie réactionnaire qui défilait contre le mariage pour tous. Quand bien même il s'agit du PS, il fait partie de la même classe et les contradictions entre les bourgeois, qu'ils soient ouvertement réactionnaires ou qu'ils se parent de progressisme sont bien moindres que celle qui les opposent aux exploités.

Il existe néanmoins des contradictions dans la bourgeoisie, qui peuvent s'exprimer parfois violemment. Il est nécessaire parfois de rappeler à l'ordre les auxiliaires de police que sont les fascistes, ce qui explique les procès et arrestations dans leur camp.

Dans la période de crise que nous traversons, le besoin d'étouffer dans l'oeuf les révoltes contre les politiques destructrices de droits sociaux explique la montée et de la répression, qui passe aussi par la montée des groupes fascistes.

Nous avons quant à nous tout intérêt à nous unir, travailleurs et travaillleuses de nationalité française ou immigrés, pour lutter contre les offensives du gouvernement bourgeois contre nos droits. Nous avons plus que jamais besoin de solidarité contre la répression, soutenons Deniz et réclamons sa libération et l'arrêt des poursuites à son encontre,

 

A BAS LA BOURGEOISIE ET SES NERVIS FASCISTES

LIBERTE POUR DENIZ ET TOUS LES MILITANTS ANTIFASCISTES VICTMES DE LA REPRESSION

Solidarité avec Deniz K

Voir les commentaires

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Allemagne, #Turquie, #Antifascisme, #Répression

Repost 0