Le rassemblement contre l'accord sur la sécurisation de l'emploi réprimé

Publié le 6 Février 2013

Aujourd'hui, 6 Février 2013, le comité de lutte contre l'accord MEDEF/CFDT/PS appelait à un rassemblement à la place du pont, dans le quartier de la Guillotière, pour protester contre les accords signés entre le MEDEF et certains syndicats minoritaires, ironiquement appelés « accords sur la sécurisation de l'emploi ».

Les militantEs présentEs ont décidé à l'issue du rassemblement de se rendre devant le siège voisin du parti socialiste, cours de la Liberté, pour protester directement contre le parti gouvernemental. Lançant des slogans ironiques vis à vis du changement, dans une ambiance bon enfant, ils et elles se sont approchés du siège du PS. Aussitôt, plusieurs policiers se sont précipités pour former un cordon devant celui-ci.

Les manifestantEs ont continué à scander des slogans quelques instants, quand le commissaire de police s'est précipité vers eux pour soit disant discuter, s'est agrippé à la banderole qui s'est déchiré, entouré des policiers qui ont matraqué les manifestantEs, les repoussant sur la route où la circulation des tramways et automobiles n'avait pas été interrompue, puis en direction de la place du Pont. Cette scène a choqué les clients des bars de ce quartier populaire du cœur de Lyon. Nous n'avons pas eu à déplorer d'arrestations.

Pour l'Organisation Communiste – Futur Rouge, Cette scène révèle l'état de tension des forces de l'ordre. Manuel Valls a déclaré cette semaine à BFMTV que "la colère sociale, avec les conséquences de la crise économique et financière, la précarité, le chômage, les plans de licenciements, elle est là, elle gronde depuis des années".

Dans les usines, les ouvriers et ouvrières sont menacéEs de licenciements, Renault fait du chantage à l'emploi pour exiger de ses employéEs qu'ils acceptent une régression de leurs conditions de travail. Ces accords vont permettre aux capitalistes de faciliter les licenciements individuels et collectifs, de passer des accords boite par boite en deçà du droit du travail, privatiser la sécurité sociale et de transformer le CDI en interim pour tous et toutes.

Effectivement, face à ces attaques, la classe ouvrière, la jeunesse et l'ensemble des travailleurs ne vont pas rester sans riposter. Un mouvement social s'annonce, et la police et le gouvernement le savent. Leur violence nous confirme que nous n'avons pas à attendre davantage de conciliation de la part du PS que de l'UMP. Au contraire, avec l'aggravation de la crise, pour continuer à maximiser leur tôt de profit, les capitalistes doivent être offensif. Le gouvernement, qui est à leur service, ne saurait accepter de reculer... Si nous ne l'y forçons pas.

Faisons face au gouvernement bourgeois !

Le rassemblement contre l'accord sur la sécurisation de l'emploi réprimé

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #lyon, #ANI, #Répression

Repost 0
Commenter cet article