Après les attentats, résistons aux plans guerriers de l'Etat français

Publié le 18 Novembre 2015

A bas l'intervention en Syrie, résistons aux plans guerriers de l'Etat français !

 

L’Organisation Communiste Futur Rouge présente toutes ses condoléances aux proches des victimes des attentats de Paris et Saint Denis. Le plan meurtrier de Daesh a été conduit avec précision. Ils ont focalisé les forces de police sur l'évacuation des supporters du stade de France en faisant sauter des bombes au milieu de la population de Saint Denis. Ils ont ciblé des quartiers centraux dans la vie collective des parisien-ne-s et proches banlieusard-e-s.

 

Oui, ces victimes sont nos mort-e-s.

Oui, ce sont nos mort-e-s. Des personnes ordinaires, de différentes nationalité, qui passaient dans des quartiers où nous aurions pu passer à ce moment là, qui buvaient des bière à des terrasses où nous aurions pu boire. Ils /elles n'étaient pas coupables des guerres de l'Etat français, des guerres menées en notre nom à tou-te-s, avec nos impôts mais dont seule une poignée de personnes profitent réellement.

 

Daesh n’a rien visé de vraiment politique ou symbolique mais a seulement cherché à semer la terreur parmi la population. Ils y sont parvenus, prouvant du même coup que malgré tous les plans Vigipirate, une des polices les plus efficaces du monde, l’Etat Français n’est pas capable d’éviter des attaques sur son territoire.

Ce qui n’empêchera pas le gouvernement de restreindre de nouvelles libertés, de multiplier les contrôles abusifs, de s’enfoncer dans l’arbitraire en prétendant lutter contre le « terrorisme ». Quand « l’état d’urgence » est décrété, les pires abus d’autorités sont possibles. Les discours officiels incitent à la communion, à l’unité nationale, et très logiquement bannissent implicitement toute réflexion remettant en cause la république sacrée.

 

Lundi, les idéologues de l'impérialisme, comme le député Malek Boutih ou l'essayiste Caroline Fourest, se sont relayé sur la radio d'Etat (France Inter) pour dénoncer les "crétins" et les "crevures". Ce n'était pas les assassins qu'ils vouaient ainsi à la haine des auditeurs, mais toutes celles et tous ceux qui refusaient de "communier" dans l'unité nationale, comme l'a dit Caroline Fourest (qui se veut pourtant "laïque"). Toutes celles et tous ceux qui cherchaient à comprendre, à faire preuve d'esprit critique, à s'interroger sur le rôle de l'Etat français dans la situation au moyen-orient sont accusé-e-s de blasphémer la mémoire des victimes.

 

Dans un contexte où tout le monde est à cran, personne n'a envie de passer pour une crevure, et puisque nous sommes en guerre, il s'agit de marcher droit et de serrer les rangs. Et pourtant face à une bourgeoisie qui nous répète qu'il n'y a rien à comprendre sur ce qui vient de se passer, que chercher à comprendre c'est déjà excuser, nous ne cesseront pas de répéter que l'Etat français a contribué à intensifier le chaos au Moyen-Orient en menant une politique irresponsable et criminelle, qu'il a semé la désespérance dans la jeunesse prolétaire  en la maintenant dans la précarité et l'absence de perspective, et en enrobant le tout de mensonges cyniques sur l'égalité, qu'il a cherché à utiliser ces jeunes dans sa politique de déstabilisation de l'Etat syrien.

 

La France est en guerre

 

Le drame, par son nombre de morts amène la guerre sur le sol de l’hexagone. Nicolas Sarkozy affirme « La France est en guerre », comme si c’était un scoop.

D’où vient l'abondance dans laquelle une partie des français-e-s vivent ?

Nous avons des centrales nucléaires qui nous fournissent de l’électricité à bas prix 24h/24 parce que les nigérien-ne-s crèvent dans les mines d’uranium pour le plus grand profit de l’entreprise française Areva.

Nos campagnes sont paisibles alors qu’en notre nom la France intervient en Côte d’Ivoire, en Lybie, en Centre-Afrique, au Mali, en Syrie, en Irak, en Afghanistan.

Lorsqu’elle n’envoie pas directement ses troupes, elle finance des groupes qui lui permettent de déstabiliser des états. Elle finance et arme Boko Aram. Elle finance et arme Al-Nosra et d’autres groupes religieux réactionnaires.

« C’est pour se défendre » entendra-t-on. Après la violence des attentats, cet argument est affirmé avec force et conviction. Mais comment peut-on parler de défense quand l’aviation française a bombardé régulièrement le Moyen-Orient depuis presque trente ans ? Comment peut-on parler de solidarité internationale quand on cherche à déstabiliser des pays, entraînant des guerres civiles meurtrières  ?

C’est du pétrole et d’autres ressources souterraines que la France vient chercher et contrôler dans ces territoires, elle vient défendre sa place sur l’échiquier impérialiste, il n’y a pas de défense ni d’humanité, encore moins de solidarité dans ces guerres d’agressions.

Daesh, le rejeton monstrueux de la politique des impérialistes

 

Ce n'est pas faire de la théorie du complot que de dire ça: l'ingérence de l'Etat français en Syrie a été assumée publiquement depuis 2011 par les mêmes politicien-ne-s qui font aujourd'hui les étonné-e-s devant le monstre qu'ils ont contribué à nourrir.

Les jeux de billards à trois bandes des puissances impérialistes et régionales, qui toutes ont armé des groupes religieux réactionnaires, ont créé une situation de chaos de laquelle est né Daesh, autoproclamé Etat Islamique, ou E.I. Celui-ci est expansionniste et cherche à conquérir des territoires où il fait régner un ordre féodal brutal et mène une politique de génocide à l'encontre des chiites et des minorités religieuses (yezidi-e-s, alaouites, etc.) ou contre ceux qui lui résistent, comme les kurdes. Ils se sont attaqués au Hamas, il y a quelques jours au Hezbollah, curieusement il n'y a qu'Israël qui est épargné. Surtout Daesh tente de conquérir la Syrie convoitée par les forces impérialistes et les puissances régionales comme la Turquie.

Pour expliquer la puissance d'attraction de Daesh, Caroline Fourest nous présente une théorie du complot complètement aberrante selon laquelle Daesh serait l'héritier direct du KGB via les services secrets irakiens. En réalité  Daesh est un monstre que l'impérialisme français et ses alliés ont contribué à nourrir pour l'utiliser au Moyen-Orient dans le sens de leurs intérêts. L'impérialisme ne cherche pas à protéger les populations civiles de l'Etat français: il cherche le profit maximum à tout prix. L'impérialisme partage avec Daesh un même mépris de la vie humaine: au nom des victimes innocentes de Paris, l'impérialisme français bombarde des civils tout aussi innocents en Syrie, civils qui sont les premières victimes au quotidien du fascisme de Daesh. 

Alors c'est entendu: ce n'est pas l'Etat français qui a été frappé mercredi, ce sont des civil-e-s innocent-e-s qui ont été massacré. C'est le mode opératoire de leur bourreaux que ce soit en Irak, en Syrie, au Liban, en Palestine où à Paris. les dirigeants de Daesh ont déclaré la guerre à tous les peuples du monde, à toutes les cultures du monde au nom d'une communauté imaginaire.  Rien d'étonnant à ce qu'ils tuent des parisien-ne-s parce qui faisaient la fête et buvait un verre après une semaine de travail. C'est entendu: personne ne leur a demandé de faire ça, c'est le reflet de leur idéologie fasciste.

 

L'escalade du conflit militaire syrien

Le conflit militaire autour de la Syrie, de façon générale, au lieu de s'apaiser, entraîne de plus en plus de belligérants. Du financement de groupes armés, on est passé à des bombardements, puis à l'envoi de troupes au sol. La situation pour la population civile n'a fait que s'aggraver, la population syrienne, déjà en pleine guerre civile, doit faire face à l'offensive militaire de Daesh qui prône le nettoyage ethnique et pousse des centaines de milliers de syrien-ne-s à l’exil.

Une conférence était prévue à Vienne ce week-end entre les puissances impérialistes et les puissances régionales impliquées dans le conflit pour décider du sort du territoire syrien tandis qu'une attaque de Raqqa, capitale de l'E.I, se profilait.

Ces attentats représentent une escalade dans un conflit militaire en train de s'aggraver dont la France est particulièrement responsable. L’Etat français a grandement participé à déstabiliser la Syrie pour justifier une intervention militaire que François Hollande réclamait contre Bachar Al Assad. L'Etat français a établi des plans stratégiques : depuis 2005, il a  coopté des « opposant-e-s » pour former un futur régime. Devant leur échec à prendre la tête du peuple syrien à partir de 2011, il a financé et entraîné des groupes armés. Il a mené en 2013 une campagne internationale pour obtenir une intervention militaire. Il a envoyé des troupes cet été. Depuis dimanche elle bombarde Raqqa, capitale de l'E.I, où de nombreux civils pourraient être blessé-e-s ou mourir. L'offensive contre Raqqa a commencé.

 

L'Etat français et son gouvernement ont grâce à ces attentats un parfait casus belli pour entraîner encore une escalade du conflit, avec l'appui des autres pays impérialistes, mais en se taillant la part du lion.

 

A bas l'impérialisme français !

En tant que communistes et anti-impérialistes, nous disons haut et fort que les bombardements de la France sont aussi horribles et meurtriers que les attentats de Daesh, et que, comme ces derniers, ils ne correspondent pas à défendre les intérêts des peuples.

 

Face à un Etat français qui va utiliser les massacres de Paris pour intensifier encore sa guerre en Syrie, et qui profitera de l'"union nationale" pour criminaliser toujours plus celles et ceux qui s'y opposeront, quitte à présenter l'"extrême-gauche" comme "complice de Daesh", nous continuerons  assumer nos principes. Tout n'est pas égal à tout. Le communisme n'est pas égal au fasciste. La jeune communiste afro-allemande Ivana Hoffmann, morte en martyre au Kurdistan de Syrie le 7 mars dernier en protégeant un village kurde contre les milice de Daesh n'est pas égale à un jeune prolétaire qui croit donner un sens à son suicide en emportant un maximum d'innocent dans sa mort. Confronté à la même précarité, à la même absence d'avenir, l'une à choisi le chemin de la vie, l'autre a choisi le chemin de la mort. A l'heure où l'Etat français martèle au populations civiles "Nous sommes en guerre". Nous disons que cette guerre n'est pas la notre: notre guerre c'est la guerre d'Ivana. Notre camp de guerre c'est tous les peuples du monde, c'est les peuples du Moyen-Orient victimes de l'Impérialisme, des régimes corrompus et des groupes armés réactionnaires 

 

Il est dans la nature de l'impérialisme d'engendrer des monstres. L'impérialisme engendre chaque jour plus de guerre, de misère, de haine et de barbarie. L'impérialisme n'est pas réformable. Ce système pourrissant ne peut survivre qu'en obligeant les nouvelles générations à grandir dans un monde toujours plus violent, insécure et terrifiant. Nous refusons cet avenir, nous voulons la paix et l'amitié entre les peuples et c'est pourquoi nous voulons la révolution.

Ces massacres nous renforcent das notre volonté de lutter contre la guerre impérialiste.

 

Soutien à la résistance kurde et syrienne !

 

Ceux qui sur place nous donnent des perspectives de lutte, ce sont les forces de résistance et les forces progressistes de la région, principalement arabes et kurdes.

Quand ils ont déclenché un génocide à l'été 2014 contre les Yézidi-e-s d'Irak, les Yézidi-e-s d'Irak ne leur avaient pas déclaré la guerre: ils/elles n'aspiraient qu'à vivre en paix, leur seul crime était d'être différents de leurs bourreaux. Daesh tue des chi'ites parce qu'ils sont chi'ites. Daesh tue des kurdes parce qu'ils/elles se définissent comme kurdes et pas seulement par l'appartenance religieuse . Daesh tue des Palestinien-ne-s parce qu'ils se définissent comme Palestinien-ne-s et Arabes et pas seulement par l'appartenance religieuse. Daesh considère comme impie et idolâtre tout ce que la culture arabe a produit de beau et de grand depuis les trois premiers siècles de la hidjra.

Au Liban, l'Etat Islamique cherche à semer la guerre civile, sens de l'attentat contre le Hezbollah. Les milices liées à l'Iran combattent l'Etat Islamique en Irak.

 

Ils se sont attaqués au Hamas.

Les kurdes mènent un travail exemplaire : celui de construire une solidarité entre communautés religieuses et les peuples de la région et de s'opposer au saccage de la région par l'Etat Islamique et les impérialistes.

 

Les Forces Démocratiques de Syrie (constituées des forces kurdes et de leurs allié-e-s arabes et assyrien-ne-s) sont les seul-e-s à mettre en échec sur le terrain les milices réactionnaires (que ce soit l'Armée Syrienne libre, Jahbat al Nosra ou Daesh). C’est encore le soutien des troupes des FDS de Syrie et du PKK , qui vient de remporter une importante victoire  en reprenant le village d'al-Hol, qui a permis de reprendre la ville de Sinjar des griffes de Daesh.

 

Ils ne sont bien entendus pas soutenus par l'Etat français.

 

Les intérêts stratégiques de l'Etat français font en effet écho à ceux de de la Turquie, qui revendique et cherche à conquérir du territoire en Syrie : le démantelement du territoire syrien.

 

La Turquie réprime violemment le mouvement de résistance kurde et les forces progressistes turques, au besoin en armant l'Etat Islamique contre eux.

 

Soutenons les forces de résistances locales. Soutenons les réfugié-e-s des guerres que l'Etat français mène. Ne croyons pas un seul instant François Hollande quand il tente de nous faire croire que son objectif c'est l'Etat Islamique. Son objectif et l'objectif de l'Etat français, dans la région, ce sont des bases militaires, du pétrole et des régimes à leur botte.

 

Solidarité avec les Forces Démocratiques de Syrie !

Soutien aux peuples kurdes et arabes qui résistent aux religieux réactionnaires et aux impérialistes !

 

Assez d’agressions de l’armée française ! Retrait des troupes engagées, arrêt des bombardements ! Halte aux lois liberticides en France !

Après les attentats, résistons aux plans guerriers de l'Etat français

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Anti-impérialisme, #Paris, #Syrie, #kurdistan

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article