Non à la criminalisation du mouvement communiste en Ukraine

Publié le 18 Avril 2015

Non à la criminalisation du mouvement communiste !

Solidarité avec les classes populaires ukrainiennes !

 

Le pouvoir réactionnaire Ukrainien attaque les communistes et rend illégal le droit de se revendiquer communiste. Ce gouvernement anti-communiste, composé en partie de fascistes, mène une politique répressive intense depuis son accès au pouvoir. Cette politique est soutenue par l’Union Européenne. Le Parlement de l’Ukraine a voté une loi le 9 Avril 2015, qui met « sur le même pied l’idéologie de la barbarie nazie et le communisme ». Pourtant ce sont les communistes qui ont menés la lutte antifasciste face à la barbarie Nazie, et qui notamment en Ukraine, sur le front de l’Est, ont fait barrage au nazisme.

 

Les « productions et utilisations publiques » de symboles communistes sont donc désormais interdites. Le Parti « Communiste » Ukrainien (réformiste), assimilé à des « terroristes » est aussi menacé d’interdiction. Tout ceux/celles qui s’opposent à ce gouvernement sont immédiatement qualifié de « terroristes ».

Pour nous, les véritables terroristes ukrainiens, c’est pourtant ce gouvernement qui détient le pouvoir, et légitime sa violence sur les classes populaires par la force de l’Etat Ukrainien. Si nous ne soutenons pas la politique de cette organisation dite « communiste » et non-révolutionnaire, nous ne pouvons que condamner la répression qu’ils subissent. Nous observons ainsi les différentes étapes mises en place par le gouvernement de Kiev pour tenter d’éradiquer toutes résistances.

Or ce sont notamment les communistes qui résistent !

Mais partout où il y a répression, il y aura résistance, et ce ne sont pas par ces tentatives que la bourgeoisie ukrainienne réussira à annihiler l’idéologie révolutionnaire en Ukraine. La culture populaire y est fortement imprégnée par des références soviétiques. Il y a de nombreuses statues de Lénine, etc, vouées à être détruites par la bourgeoisie qui ne supporte pas ce rappel de la révolution. Cette révolution les hante, et est ce qu’ils/elles souhaitent à tout prix empêcher.

L'Ukraine est aujourd'hui l'un des point du globe où la concurrence inter-impérialiste fait rage. Les impérialistes occidentaux et russes cherchent à maîtriser ce pays tampon entre les deux blocs. Ils cherchent à renforcer les contradictions entre russophones et ukrainiens. Face à la barbarie impérialiste, l'héritage révolutionnaire montre une autre solution aux peuples urkainiens. Seule la révolution les libérera des capitalistes !

 

Par le même temps, l’état Ukrainien réhabilite des fascistes qui ont activement collaborés avec les SS pendant la seconde guerre mondiale. Les anciens de l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens se voient ainsi qualifiés de « vétérans », avec les avantages sociaux qui vont avec, alors que ce sont des anciens collaborateurs des Nazis et qu’ils ont participé à massacrer de nombreux juifs et entre 40 000 et 60 000 Polonais. Ils ont également activement combattus l’Armée Rouge et ont toujours considéré le socialisme comme leur pire ennemi. La lutte contre le communisme a été un des moteurs de la création de cette organisation fasciste.

 

Aujourd’hui ce sont certain-e-s des héritiers/ères de ce mouvement fasciste qui compose une partie de la bourgeoisie et de l’idéologie au pouvoir. Ce sont par exemple ceux/celles-là même qui en Mai 2014 ont massacrés des syndicalistes à Odessa. Le parti fasciste « Svoboda » intitulé « Union Panukrainienne Liberté », anciennement intitulé avant 2004 « Parti Social-Nationaliste d’Ukraine » participe activement à la coalition du Président Ukrainien, et se revendique de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens. Le Vice-Premier Ministre Ukrainien fait partie de Svoboda, avec cinq autres ministres ukrainiens, placés à des postes clés tel que la Défense.

 

Cette organisation homophobe, antisémite et russophobe continue à arborer publiquement le Wolfsangel, un blason utilisé par les adjudants des jeunesses hitlériennes, et plusieurs unités SA et SS. C’était également un symbole de la Werwolf, une unité combattante nazie sur le front Est qui s’est distingué par sa barbarie dans sa lutte anti-communiste. Svoboda est aussi l’organisation « soeur » du Front National en Ukraine.

 

Ce sont donc eux/elles qui participent à la politique nationale de l’Ukraine, rien d’étonnant à ce qu’ils/elles poursuivent leur lutte anti-communiste, en restant dans la lignée de ce qu’ils/elles ont toujours été.

A bas les fascistes ! Une attaque contre un.e seul.e est une attaque contre tous-tes ! Solidarité avec le peuple Ukrainien et vive le communisme !

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Ukraine, #International

Repost 0
Commenter cet article