Libération de Georges Adballah, libération de tous les prisonniers malades, liberté pour tous les prisonniers politiques

Publié le 24 Octobre 2014

Libération immédiate de Georges Abdallah, libération immédiate des prisonniers, prisonnières malades, liberté pour tous les prisonniers et prisonnières politiques

 

 

On meurt dans les prisons de la France

 

C’est sa 31ème année de prison qu’entame Georges Abdallah. Cela fait des années qu’il est libérable. L’Etat français ne pardonne pas celles et ceux qui s’opposent à l’impérialisme, au capitalisme, au fascistes et à l’oppression nationale.

 

La peine de mort n’a pas été abolie, certain-e-s détenu-e-s meurent en prison de maladie, de vieillesse, se suicident, sans avoir pu un jour retrouver les leur-e-s. Les détenus n’ont pas accès aux soins. La prison détruit physiquement et psychologiquement.

 

Lannemezan, c’est une prison faite pour des détenus politiques dont l’Etat français n’envisage pas la libération.

 

D’autres prisonniers politiques sont incarcérés avec Georges Abdallah. Parmi eux,  Ibon Iradi, arrêté en 2012, a été condamné à 30 ans de réclusion dans l’Etat français – peine à la suite de laquelle l’attendrait une autre peine dans l’Etat Espagnol. Il est malade de la sclérose en plaque et son maintien en prison est tout simplement illégal.

 

Un autre prisonnier basque, Txistor Haranburu, est détenu depuis 25 ans.

 

La France réprime les peuples en lutte

 

Tous les ans, des militants et militantes sont arrêtés et placés en garde à vue anti-terroriste, jugés pour terrorisme. De jeunes militants basques attendent 3 ou 4 ans leur procès en prison.

 

Partout dans le monde, la France réprime les peuples en lutte. En ce moment, nous avons les yeux rivés vers la résistance kurde.

 

La France a de solides accords concernant la répression avec la Turquie, des militants et militantes turcs croupissent dans nos prisons. Elle n’hésite pas à réprimer le mouvement kurde et laisse commettre des assassinats sur son propre territoire. Des contrats de constructions de prisons passés entre la France et la Turquie y ont fait des milliers morts parmi les militants et militantes kurdes et turcs.

 

Notre pays a des intérêts dans la région et est l’un des responsables du chaos dont les peuples de Palestine, d’Irak, de Syrie sont les victimes. Pas étonnant qu’il réprime les luttes en soutien à la Palestine et pas étonnant qu’il refuse de libérer Georges Abdallah.

 

Toujours plus de contrôles policiers, de violence, de répression, voici ce que nous voyons à l’encontre des classes populaires dans nos frontières.

 

Nous sommes solidaires de toutes les luttes d’émancipation des peuples Nous refusons la répression qui s’abat sur celles et ceux qui se battent pour la liberté de leur peuple, contre l’impérialisme, contre l’oppression nationale. Nous exigeons la libération de tous les prisonniers et prisonnières politiques.

 

Liberté pour Georges Abdallah

Liberté pour tous les peuples en lutte contre l’impérialisme et l’oppression nationale

IPEH ANTIFAXISTA, SRI-BAIONA, AFA-PAU, OCFR, RASH IPAR EUSKAL HERRIA, OCFR

Libération de Georges Adballah, libération de tous les prisonniers malades, liberté pour tous les prisonniers politiques

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Georges Abdallah, #Pays Basque, #Répression, #prison

Repost 0
Commenter cet article