L'Etat Français tue Rémi !

Publié le 27 Octobre 2014

La solidarité s'organise avec les manifestant-e-s de Sivens et en mémoire de Rémi, manifestant tué par l'Etat Français. Partout, la mobilisation s'organise.

L'OC-FR appelle à rejoindre la mobilisation et exprime son soutien avec ceux et celles qui luttent au Testet. Nous pensons à Rémi et à ses proches.

Un projectile, sans doute une grenade explosive, lancée par les gardes mobiles, semble être la cause de la mort de Rémi dimanche 26 octobre, vers deux heure du matin. Entre 1000 et 2000 personnes étaient venus manifester dans le Tarn.

Rémy est une victime de plus causée par les politiques capitalistes et les choix du gouvernement PS. C'est Valls, Hollande, Cazeneuve et cie qui ont tué Rémi. C'est eux, déterminés à nous exploiter, qui ont sur les mains le sang de Rémi.

Par la répression, l'état français croit pouvoir éteindre la contestation sociale. En nous envoyant toujours plus de flics, l'état français ne fait que renforcer notre détermination à lutter et à rendre coup pour coup. Ils ne font que renforcer notre volonté d'abattre le projet de construction du barrage de Sivens et de mener à terme nos luttes. Les terroristes, ce ne sont pas ceux et celles qui résistent, mais l'état et ses sbires qui cherchent à imposer par la force son monopole de la violence. Les provocations policières n'ont fait qu'enflammer Sivens !

Déjà, la préfecture ment. Elle déclare avoir découvert le corps de Rémi dans la nuit, alors que c'est une ligne de garde mobile qui a dégagé le corps pendant les affrontements. Nous ne sommes pas dupes !

Dans la zone déforestée de Sivens, la lutte continue contre le barrage. Ce coûteux projet de 2 kilomètres de long vise à retenir 1.5 millions de mètres cube d'eau sur 42 hectares. Il coûterait 8.49 millions d'euros hors taxe, et un côut de gestion annuel de 300 000 euros. Il profiterait à une quarantaine d'exploitation maximum, essentiellement pour le Maïs. Ce projet correspond à une demande des gros exploitants agricoles de masses non à celle des petits exploitants. Ce projet correspond à un modèle agricole d'exportation, polluant, qui étoufferait la paysannerie pauvre locale. La France, puissance agricole déclinante, cherche à relancer son économie agricole pour rester dominant en Europe, et mobilise ce type de projets pour développer de grandes exploitations et servir les intérêts des patron/nes de la filière agricole représentés par la FNSEA (Fédération Nationale des syndicats d'exploitants agricoles). Or ce modèle ne correspond pas aux aspirations populaires qui ont besoin d'une agriculture locale, saine et peu chère.

Non au barrage de Sivens !

Ni oubli ni pardon !

Une attaque contre un.e seul.e est une attaque contre tous/tes !

Rédigé par OC Futur Rouge

Repost 0
Commenter cet article