Humanitaire, l'impérialisme français ? Les réfugié-e-s syrien-ne-s de St Ouen sont là pour en témoigner !

Publié le 23 Avril 2014

Pendant des années, les médias nous ont matraqué le mot d'ordre de solidarité avec le peuple syrien en butte à la répression du régime de Bachar Al Assad... Parti d'un mouvement populaire à Homs contre les réformes libérales de Bachar Al Assad, la situation en Syrie est rapidement devenue le reflet des contradictions inter-impérialistes. Les impérialistes ont toujours joué sur les divisions religieuses, claniques pour diviser les peuples syriens et libanais et tâcher de leur imposer leur domination.

Etre solidaires signifiait pour l'Etat français envoyer des troupes et bombarder la Syrie. L'Etat français n'a pas reçu le soutien d'autres impérialistes dans sa volonté d'attaquer la Syrie. Les américains sont déjà embourbés dans suffisamment de conflits, quant à eux, pour risquer de s'attaquer à la Syrie avec les conséquences qui en découlent. En effet, d'autres impérialistes, comme les russes, s'opposaient à cette intervention. Depuis, des violences en Syrie, ne sont plus évoquées dans les médias.

Pourtant, le chaos semé par les impérialistes continue de faire des ravages en Syrie. Les jihadistes sont des mercenaires incontrôlables que l'Etat français n'a pas hésité à utiliser en Lybie, amenant le chaos au Mali et qu'elle continue à utiliser en Syrie.

Les impérialistes français forcent des populations à quitter leur pays pour fuir la misère et la terreur engendrée par la guerre. De l'arrivée de malien-ne-s qui ont fui la Lybie dans l'Etat français, de là aujourd'hui l'arrivée de syrien-ne-s.

Passé-e-s par l'Algérie, le Maroc, Ceuta et Melila, 150 syrien-ne-s, dont une majorité d'enfants en bas âge, ont atterri la semaine dernière à Saint Ouen dans le 93. La préfecture ne leur a pas expliqué leurs droits, ils ont été livrés à eux et elles mêmes, sans avoir été inscrit-e-s comme demandeurs d'asiles, sans que la moindre démarche administrative aie été effectuée et se sont réfugiés dans un parc de la ville. Depuis, sans tente, sans point d'eau, sans sanitaires, les réfugié-e-s occupent ce parc, abandonnés par les pouvoirs publics. Le nouveau marie de St Ouen, William Delannoy, semblait « trop fatigué » ce week-end pour se préoccuper du sort de femmes enceintes et de nourrissons. Heureusement, les associations ont permis aux réfugié-e-s de trouver des hôtels, mais leurs deniers ne sont pas intarissables et ce n'est pas elles d'assumer la totalité de la prise en charge de ces réfugié-e-s.

C'est pourquoi un rassemblement a été organisé mardi 22 avril. La préfecture s'est rendue sur place et a expliqué qu'ils n'avaient pas de solution immédiate à proposer, que puisque certain-e-s s'étaient acheté des voitures (pour y dormir), c'est qu'ils avaient de l'argent, qu'il fallait connaître la situation cas par cas pour pouvoir agir. L'urgence, ce n'est pas les démarches administratives. L'urgence, ce n'est pas le recensement, la connaissance cas par cas, car dans tous les cas, pour les réfugié-e-s, c'est un toit qui est l'urgence.

Partis en cortège à la mairie pour obtenir l'ouverture d'un gymnase, la délégation reçue s'est vue offrir 1200 euros pour passer la nuit ce qui fait 6 euros par personne. Le maire a expliqué que pendant les vacances des cours de sport se tenaient dans les gymnases, mais l'excuse paraît grosse quand des enfants dorment eux à la rue. Le maire n'a trouvé rien de mieux à faire que de renvoyer la responsabilité au ministère des affaires étrangères.

Dans un pays qui expulse les familles rroms de leurs campements plusieurs fois par ans, à quel traitement peut on s'attendre vis à vis de ces réfugié-e-s ? Dans une municipalité où la précédente, Front de gauche, expulsait il y a quelques mois 700 rroms, que peut on espérer d'une nouvelle majorité de droite ?

 

Nous dénonçons l'impérialisme français, responsable du chaos qui règne en Syrie et dans bien des pays. L'impérialisme prend des prétextes humanitaires à ses interventions mais face à la situation de ces réfugié-e-s, nous voyons bien ce qui le préoccupe : permettre aux capitalistes français de faire du profit sur le dos des peuples du monde entier en semant la guerre et la misère autour du globe.

 

 

Nous appelons à la solidarité de classe autour des réfugié-e-s syrien-ne-s, à un nouveau rassemblement à 15h00 au square Edouard Vaillant derrière le formule 1. Nous exigeons une solution immédiate de logement de la part des institutions.

Humanitaire, l'impérialisme français ?  Les réfugié-e-s syrien-ne-s de St Ouen sont là pour en témoigner !

Rédigé par OC Futur Rouge

Publié dans #Saint-Ouen, #logement, #Impérialisme

Repost 0
Commenter cet article

Le vieux 29/04/2014 09:39

Qui sont ces syriens?
La France est ennemie de la Syrie.
Généralement, on ne se réfugie pas chez un ennemi...